Le 19 novembre dernier, à Stains en Seine-Saint-Denis, Patrick Pouyanné, président-directeur général du groupe Total, posait la première pierre de l’école Industreet, un projet d’envergure pour tous les jeunes décrocheurs.  

Créer une école disruptive, c’est le pari osé lancé par Patrick Pouyannée aux équipes de la fondation Total afin de former les décrocheurs de banlieue aux métiers de l’industrie du futur.

De multiples enjeux  

 Une initiative qui n’est pas étrangère au groupe Total, qui participe déjà au développement de plus de 25 écoles de production visant à former les 15-18 ans aux métiers de l’industrie.  

C’est donc tout naturellement qu’une formation parallèle à vue le jour. Ce nouveau centre de formation devrait professionnaliser chaque année 400 jeunes de 18 à 25 ans, sortis du système scolaire, à neuf métiers dans cinq domaines de l’industrie du futur en tension. Sont concernés :  les lignes de production automatisées, l'inspection et contrôle non destructifs, les terminaux de distribution d’énergie, la numérisation des installations industrielles et les entretiens multiservices robots-assistés.  

Des cursus personnalisés  

Cette initiative, est financée par la fondation Total à hauteur de 10 millions d’euros par an, afin de répondre aux attentes des jeunes en matière d’emploi et aux besoins des entreprises, toujours à la recherche de nouveaux collaborateurs expérimentés.

Et pour s’adapter au mieux au parcours de vie de chacun, Industreet proposera à ses étudiants d’intégrer le cursus au moment où ils le souhaiteront. L’apprentissage sera quant à lui basé sur des cas pratiques qui permettront à chaque élève d’apprendre plusieurs compétences en même temps, comme c’est le cas en entreprise. Enfin, toujours dans le but de s’adapter aux besoins et aux savoirs de chacun, la durée de ce cursus ne sera pas fixe afin de favoriser l’entrée des étudiants dans le monde du travail.

On vous donne donc rendez-vous en octobre 2020 pour découvrir le nouveau campus de l’industrie du futur !