Malgré une nouvelle année perturbée par la crise sanitaire, 53 nouvelles implantations d’usines ont été recensées en 2021, soit plus du double qu’en 2020. Focus sur trois de ces ouvertures de sites 

Dans son bilan 2021, l’Usine Nouvelle a mis en lumière un marqueur positif pour la réindustrialisation française. Si 2020 a vu un grand nombre d’usines fermer leurs portes, l’année qui vient de s’écouler joue les contrepieds en enregistrant 53 nouvelles implantations dans l’Hexagone. Le média recense également, en plus de ces nouveaux sites, 31 extensions de capacité de production et 25 investissements « significatifs » de modernisation des outils de production. Startup en phase d’industrialisation, relocalisation de la production, recherche et développement (R&D)…

Nous avons sélectionné trois projets sortis de terre cette année.

Carbios – Recycler à l’infini

Créée en 2011, l’entreprise spécialisée dans la chimie a sorti son épingle du jeu en se concentrant sur la conception et le développement de procédés enzymatiques en vue d’une biodégradation et un biorecyclage des matières plastiques. Une innovation révolutionnaire sortie tout droit de ses bureaux de R&D, qui se matérialise aujourd’hui par le déploiement d’un premier démonstrateur industriel.

La promesse ? Recycler à l’infini le polytéréphtalate d’éthylène (PET) pour produire de nouveaux matériaux recyclés. Pour y répondre concrètement, Carbios s’est emparé d’un bâtiment désaffecté de l’usine Cataroux de Michelin à Clermont-Ferrand. D’après l’Usine Nouvelle, l’usine inaugurée en septembre servira à « valider les performances techniques, environnementales et économiques du procédé mis au point par Carbios, baptisé C-ZYME ». Pour compléter son activité, une usine de production devrait voir le jour d’ici 2024.

Chamatex – Une usine 4.0 pour relocaliser la production

Le fabricant de textiles techniques ardéchois s’est lancé un pari : fabriquer des chaussures de sport de A à Z. Un projet ambitieux qui trottait depuis plusieurs années dans la tête Gilles Réguillon, son dirigeant. « A partir du moment où l’on fabrique du textile et livre de façon très importante en Asie du Sud-Est, fatalement on se pose la question de l’intérêt d’aller jusqu’au bout et de fabriquer la chaussure entièrement. C’est un rêve d’entrepreneur. », déclarait-il à La French Fab en décembre 2020.

Pour réaliser le rêve en question, Gilles Réguillon s’est lancé dans la construction d’une toute nouvelle usine à Ardoix, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Nommée ASF 4.0 (Advanced Shoe Factory), cette dernière a nécessité 12 mois de travaux, 10 millions d’euros d’investissement et a été inaugurée en septembre 2021. Le rapatriement de la production jusqu’alors en partie réalisée en Asie du sud-est devrait aboutir à la fabrication de 500 000 paires de chaussures par an d’ici 2023.

Lhyfe – Une prouesse verte à échelle mondiale

Elle a beaucoup fait parler d’elle en 2021 et pour cause. La startup Lhyfe a inauguré la toute première usine de production d’hydrogène vert. Située dans la commune de Bouin, en Vendée, elle a été implantée au pied d’éoliennes, pour mieux faire de l’entreprise la toute première à pouvoir produire de l’hydrogène vert à échelle industrielle. 10 millions d’euros ont été nécessaires pour réaliser cette prouesse, en phase avec l’enjeu de transition écologique et énergétique de l’industrie.