Chaque semaine, La French Fab vous fait (re)découvrir un mot en lien avec l’industrie, sur fond de légèreté.

 

Non le décolletage dans le monde industriel, ou dans n’importe quel monde d'ailleurs, n’a rien à voir avec le décollage d’un avion comme suggéré dans notre micro-trottoir.

Selon notre meilleur(e) ami(e) Larousse, le décolletage est la "fabrication de pièces diverses (boulons, cuvettes, bouchons, axes, pièces de révolution, etc.), de faible diamètre, obtenues sur un tour parallèle, semi-automatique ou automatique, en les usinant directement les unes à la suite des autres dans une barre de métal." Vous ne trouvez pas ça clair ? Nous non plus !

Revenons en arrière. L’industrie du décolletage trouve sa source dans la vallée de l’Arve au XVIIIe siècle. Elle désignait initialement, dans l’industrie horlogère, l’action de dégager le « collet » (une partie d’une vis) à l’aide d’une machine-outil. Ainsi serait né le terme « décolletage »!

À l’origine, ce procédé avait pour objectif le travail de pièces tournées de visserie et de boulonnerie pour l’horlogerie. Par la suite, avec l’émergence du secteur automobile, puis de l’informatique, le décolletage est devenu une branche importante de la mécanique et de l’usinage pour la fabrication en grande séries de pièces tournées identiques.

 

Aujourd’hui, des machines automatiques (décolleteuses) ont été développées afin d’accélérer cet usinage par enlèvement de matière. L’objectif ? Avoir un meilleur rendement de fabrication !

Ainsi, le décolletage n'est pas "le moment où les usines décollent et montent en flèche", mais un secteur de pointe dans lequel la France est leader mondial !