Agnès Jullian est ambassadrice de La French Fab et présidente de Technilum, une entreprise spécialisée dans le mobilier urbain d’éclairage public et privé. Nous l’avons rencontré à l’occasion du French Fab Tour.  

Agnès Jullian illumine La French Fab avec son entreprise Technilum qu’elle dirige depuis 1994. Créée en 1971 par son père, la PME spécialisée dans le mobilier urbain d’éclairage public et privé a su se réinventer et innover pour devenir une référence du secteur.  

 La détermination comme clé du succès  

 « Il ne s’agit pas d’être optimiste ou pessimiste, il faut être déterminé ». Agnès Jullian a fait de cette citation de Jean Monnet son adage. « C’est ce qui a dicté ma progression en entreprise. La détermination est quelque chose qui me tient à cœur ». En 1994, alors qu’elle suit ses études à Paris-Dauphine, son père, fondateur et unique actionnaire de l’entreprise, décède brutalement. La jeune femme voit son destin changer subitement. Elle décide de reprendre l’entreprise familiale, au bord du dépôt de bilan. À seulement 24 ans, elle prend la tête de Technilum dans un secteur encore peu habitué à voir des jeunes femmes comme dirigeantes 

 Aujourd’hui, l’entreprise compte « une cinquantaine de salariés, un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros avec une part de l’ordre de 30 % à l’export ».  

 L’innovation dans un secteur traditionnel  

 Agnès Jullian a su réinventer l’offre de Technilum avec des produits innovants. « Nos projets visent à faire l’urbanisme de demain ». Labelisée « Entreprise du Patrimoine Vivant », elle travaille avec des architectes, des urbanistes et des concepteurs lumières au profit des collectivités locales et des aménageurs privés. Elle produit différents lampadaires partout dans le monde, de Londres à Montréal en passant par New York. Installée à Béziers, Technilum souhaite continuer à produire en France « même s’il est difficile de trouver des sous-traitants et parfois des ressources humaines ». Mais Agnès Jullian reste optimiste « nous sommes persuadés que par l’initiative, notamment de La French Fab, on peut faire progresser l’industrie française. En tout cas, on y croit ! ».