Bpifrance Le Lab passe au crible l’activité de l’industrie française après deux années délicates et incite plus que jamais les entreprises à innover et à se digitaliser pour renouer avec la compétitivité.

La crise financière de 2008-2009 avait entraîné un véritable choc de désindustrialisation. Celle du Covid aura certes eu un impact sur la production manufacturière (- 40% entre février et avril 2020) mais cette dernière a déjà retrouvé un niveau proche de celui d’avant crise. Sans grande surprise, l’automobile et l’aéronautique ont pesé sur le bilan hexagonal en 2020-2021, leur production restant encore très fortement limitée début 2022.

Les enjeux décisifs de réindustrialisation et de compétitivité

Il est loin le temps où l’industrie française perdait 171 000 emplois (entre 2011 et 2017) suite notamment à la récession de 2008. Après un rebond de l’emploi industriel entre 2017 et 2019 (+ 27 000), le secteur n’a finalement pas trop souffert ces derniers mois avec une baisse limitée de l’emploi salarié manufacturier en 2020 (-2%).

La crise du Covid a fragilisé l’activité industrielle en France et la reprise a été plus faible, en moyenne, que dans les pays de la zone euro. Néanmoins, la réindustrialisation du pays, amorcée depuis 2017, s’est poursuivie ces derniers mois. Le territoire français est très attractif, en témoignent les 1 222 implantations ou extensions, ainsi que 460 projets d’investissement industriel déclarés en 2021.

L’innovation et la digitalisation du secteur, piliers de l’industrie du futur, alimentées par les plans « France Relance » et « France 2030 », doivent également permettre aux PME de gagner en compétitivité et ainsi regagner rapidement des parts de marché à l’export.

Retrouvez le dossier complet de Bpifrance Le Lab.

A lire également – Filt1860 : 162 ans de crises et de renouveau industriel