Le réseau social LinkedIn et la secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher ont présenté lors de la 5e édition de Bpifrance Inno Génération, une étude sur l'évolution des métiers émergents de l'industrie.  

Un secteur en pleine mutation. Le numérique est de plus en plus présent dans l’industrie, qui se féminiselentement, et regarde de moins en moins les diplômes à l’embauche.  Lors d’un atelier consacré aux compétences dans l’industrie de demain, LinkedIn France associé à la secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher ont révélé une étude sur l’évolution des métiers émergents dans l’industrie.  

Pour réaliser cette étude, LinkedIn a établi une cartographie de l'évolution des métiers et compétences en analysant les profils de 5 millions de ses 18 millions de membres français. L'analyse porte sur cinq secteurs industriels : l'industrie manufacturière, des biens de consommation, des logiciels et services informatiques, des matériels & réseaux, ainsi que de l'énergie et des mines. 

La numérisation de l’industrie

Trois domaines de professions ont émergé ces dernières années. Les professions liées aux nouvelles technologies, celles liées à la gestion des talents, et celles liées aux métiers de la vente et des relations clients. Toutes sont à la recherche de profils portés sur le numérique. 

L’informatique prend un peu plus d’espace dans l’industrie. Par exemple, 17,6% des récents arrivants dans l'industrie manufacturière sont issus de l'informatique.
Pour inciter les salariés à se former au numérique, l’Etat a mis en place le compte personnel de formation professionnelle. Chaque salarié peut gérer les formations souhaitées, et acquérir les compétences nécessaires pour ces métiers émergents"La formation professionnelle est la mère de toutes les batailles", précise Agnès Pannier-Runacher. 

Le niveau d’études, de moins en moins regardé

L’étude menée par LinkedIn démontre qu’au sein de ces métiers émergents, les employés sont majoritairement à un niveau Bac+0 ou Bac+2. Le niveau de formation ne serait donc pas un obstacle à l'entrée dans une profession émergente. 

Cependant, il est important de préciser que le niveau Master reste le plus commun.  L’Etat mise sur l’apprentissage pour intégrer et favoriser des niveaux inférieurs à Bac+5. "Les apprentis sont directement intégrés à la chaîne de production. Ils connaissent les machines et les procédés. Cela augmente leur chance d'intégrer les équipes par la suite", explique Agnès Pannier-Runacher. 

Une féminisation qui avance lentement

Les femmes sont de plus en plus présentes mais elles restent cependant minoritaires. Dans le secteur des logiciels et services informatiques, seulement 32% des professions émergentes sont exercées par des femmes. Les nouveaux métiers de la vente prédominent pour les femmes, avec des postes comme responsable marketing, assistante de bureau ou de ventes, attachée commerciale ou ingénieure des ventes, alors que les hommes couvrent plutôt des fonctions de techniciens, de développeurs ou de spécialistes. 

« L'industrie doit continuer à attirer les filles »déclare la secrétaire d’Etat. Cette dernière mise beaucoup sur son nouveau « conseil de la mixité et de l’égalité professionnelle dans l’industrie » qui doit faciliter l’orientation professionnelle des jeunes femmes dès l’école et leur recrutement dans l'industrie.