À travers le regard décalé des photographes d’Ooshot, partez à la rencontre de ces employés et dirigeants d’industries françaises. Aujourd’hui, place à la résilience dans l’atelier de Dedienne Multiplasturgy.

Les masques jetables sont aujourd’hui indispensables, mais ils représentent une source de pollution. Face à ce nouvel enjeu, Dedienne a choisi de se lancer dans la production de masques durables. « En moins de 6 semaines nous avons créé, avec une équipe dédiée et pluridisciplinaire de plus de 25 personnes, une gamme de produits de protection individuelle et d’intérieur que nous commercialisons via notre tout premier site e-commerce », affirme Pierre-Jean Leduc, président de Dedienne Multiplasturgy. Le chef d’entreprise a pu compter sur ses équipes « mobilisées, créatives et concernées, pendant et après cette période de confinement ».

Des masques qui respectent l'environnement

employés dedienne
Dedienne Road

100% recyclable et made in France, les masques Protectiv ont été pensés pendant l’opération « Les Visières de l’Espoir » où l‘entreprise a été sollicitée « pour produire à titre solidaire des visières pour les hôpitaux parisiens et normands », explique le président. Des équipes de production à celles du marketing, toutes ont participé au projet. « La période de confinement, bien qu’inédite pour mon équipe et moi, a été source de créativité et de dynamisme », assure Corinne Lemange Le Rolland, responsable marketing digital et communication du groupe Dedienne.

imprimante 3D
L’apogée de l’impression 3D

Au-delà de la performance écologique, ces protections contre la Covid-19 résultent d’une performance technologique. La matière utilisée est du bioplastique totalement recyclable obtenu à partir d’huile de ricin. Les masques sont fabriqués grâce à des imprimantes 3D et peuvent être réutilisés à l’infini, en changeant simplement de filtre. Dedienne n’a pas hésité à déposer trois brevets d’innovation.

atelier
Innover quitte à en perdre la tête

Toutes les équipes de Dedienne ont participé au maintien de l’activité des usines, d’abord en télétravail puis en présentiel. Sébastien Benoit, responsable financier du site de production à Saint-Aubin-sur-Gaillon, se souvient : « Il a fallu d’abord rassurer le personnel en lui permettant de travailler sans être mis en danger avec une contamination éventuelle. » L’entreprise a dû fournir les outils pour assurer le travail à distance. « Après quelques semaines de confinement, nous avons organisé le retour progressif du personnel sur site par rotation pour ne jamais avoir plus de 2 personnes en même temps dans le bureau ». Les salariés ressortent de cette épreuve en ayant su s’adapter rapidement et Pierre-Jean Leduc n’en est pas peu fier. « Leur engagement, dans le maintien du développement des projets nouveaux et courants, a été total à travers un bel esprit d’équipe ».

Pierre-Jean Leduc
Pierre-Jean Leduc affiche un air serein, sans faire tomber le masque