Le gouvernement a annoncé jeudi 4 juin des mesures de soutien à l'innovation industrielle et la recherche. 550 millions d’euros sont répartis entre les filières industrielles, les instituts de recherche technologique (IRT) et les instituts pour la transition énergétique (ITE).

Innover pour redémarrer. Avec 550 millions d'euros engagés via le Programme d'investissements d'avenir (PIA), l'État compte sur l'innovation industrielle pour appuyer la reprise économiqueObjectif : « soutenir la transformation de l’appareil productif et développer de nouvelles solutions pour l’industrie et la transition énergétique ». Mobilisés sous forme d'aides aux projets de recherche et développement structurants pour la compétitivité (PSPC), 100 millions d'euros sont dédiés à l'innovation des filières industrielles pour « accélérer des innovations collaboratives de rupture associant PME, grands groupes et laboratoires au service d'objectifs industriels prometteurs dans toutes les filières », précise le communiqué.  

« Nous sommes à un moment où il est particulièrement important d’investir dans la recherche et l’innovation comme vecteur de relance, de construction de notre futur commun et de compétitivité de nos filières industrielles », a déclaré Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation. Cité en exemple dans le secteur de la santé, le projet MELLIDEM, qui vise à développer une filière française d’excellence dans le domaine des dispositifs médicaux de traitement du diabète, bénéficie d’une aide de 11 millions d’euros du PIA opéré par Bpifrance. « C'est en mobilisant tous les talents et les ressources disponibles en matière d'innovation que nous pourrons relancer notre industrie et accélérer sa transformation pour la rendre plus verte, plus numérique et plus compétitive », estime Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances. 

Un soutien à la recherche partenariale publique-privée

En outre, une nouvelle tranche de financements pluriannuels de près de 320 millions d'euros est mobilisée jusqu'en 2023 pour soutenir les instituts de recherche technologique (IRT) et pour la transition énergétique (ITE), unis au sein de l’association FIT. Un montant auquel pourront s'ajouter plus de 130 millions d'euros jusqu'en 2025 « en fonction des engagements des partenaires »Grâce à cet investissement, les instituts de recherche partenariale publique-privée pourront continuer leur activité dans les « secteurs stratégiques pour notre économie (énergies renouvelables, technologies numériques, nanoélectronique, aéronautique, microbiologie, matériaux, etc.) ».