La startup francilienne a mis au point une technologie capable de rendre des drones autonomes et intelligents pour des tâches de surveillance et de recueil de données. En pleine expansion, Uavia vise de nouveaux marchés, en France comme à l'étranger.  

Devenir leader européen des technologies de drones connectés et intelligentsDepuis sa création en 2015, Uavia s'est fait un nom auprès des plus grands groupes de l'industrie française. Même si la startup installée à Vitry-sur-Seine préfère en taire l'identité pour des raisons de confidentialité, deux d'entre eux sont connus : Total et Enedis. 

Mais quelle est cette technologie qui plaît tant aux géants industriels du CAC 40 et aux étrangers ? « Notre plateforme logicielle, Uavia Robotics Platform, permet de déployer et de gérer des drones et des robots à distance sur des sites industriels et des environnements complexes », explique Clément Christomanos, co-fondateur et CEO de la société. Connectés au Cloud, des drones peuvent désormais être utilisés à distance par n'importe qui. Plus besoin de faire appel à des pilotes experts. Les engins volants sont rendus autonomes grâce à un module intelligent embarqué. 

Améliorer la surveillance et le recueil de données sur des sites sensibles

Derrière cette idée, on retrouve trois anciens étudiants de Télécom Sud Paris : Luc Clément, Pierre Pelé et bien sûr, Clément Christomanos. Dès 2014, le trio décèle dans les drones un fort potentiel technologique pour l'industrie. « La mission que nous nous étions fixée était de faire en sorte qu'un ouvrier ou un décideur puisse utiliser un drone ou un robot aussi facilement qu'un marteau », raconte Clément Christomanos 

L'intelligence embarquée permet au drone de gérer seul les imprévus, tout en assurant la sécurité des vols et des personnes au sol. « La personne qui l'utilise peut ainsi se concentrer sur sa mission et son expertise », poursuit Clément Christomanos. En parallèle, Uavia a développé « un mode d'usage grâce à des API (application programming interface) permettant d'interfacer d'autres plateformes avec la nôtre », détaille le CEO. De quoi, par exemple, connecter un drone à un système d'alarme. Quand une alarme sonne, le drone décolle tout seul et se rend sur place. 

Survoler les JO 2024

Pour les grands industriels, le recours aux drones autonomes simplifie et accélère les opérations de sécurisation ou d'audit, jusque-là dépendantes d'interventions humaines lourdes, coûteuses, voire dangereuses. « Nos solutions présentent un retour sur investissement très clair pour nos clients », affirme Clément Christomanos.  

Parmi ses prochains défis, Uavia compte bien relever celui de 2024. Grâce à sa techno, l’entreprise espère survoler les Jeux Olympiques de Paris. Fin septembre, la solution a en effet été labellisée pour la sécurisation et la gestion des crises des JO par le Comité stratégique de la filière Industries de sécurité. « Nous sommes très fiers de la voir reconnue d'utilité pour ce genre d'événements, glisse Clément ChristomanosElle pourrait permettre de doter les centres de commandement et les intervenants d'une vision aérienne et de capacités innovantes pour sécuriser les JO de façon plus efficace. » 

À propos d'Uavia 

Née au sein de l'incubateur IMT Starter rattaché aux écoles Télécom SudParis, Institut Mines-Télécom Business School et ENSIIE, Uavia a remporté depuis 2015 de nombreux concours, dont le Grand Prix de l'innovation de la Ville de Paris et la bourse French Tech Emergence. En 2018, elle a réussi une première levée de fonds d'amorçage de 2,5 millions d'euros, notamment auprès de Bpifrance, via le fonds F3A. Elle compte aujourd'hui une vingtaine d'employés.