Dassault Systèmes est le partenaire du French Fab Tour. A cette occasion, Olivier Leteurtre, directeur général EuroWest chez Dassault Système, nous a partagé sa vision de l'industrie du futur et a appuyé sur les grands enjeux autour de cette "Renaissance de l'Industrie".

 

 

Selon vous, quels défis doit relever l’industrie française ?

Nous sommes en présence d’un phénomène majeur qui va au-delà de la réindustrialisation. C’est une véritable Renaissance de l’Industrie qui bouleverse à la fois l’économie et la société. Elle apporte avec elle de nouvelles façons d’inventer, d’apprendre, de produire et de faire des affaires.

Dans ce contexte, l’industrie française doit absolument éviter de confondre numérisation de l’industrie actuelle et automatisation à outrance avec la vraie démarche d’industrie du futur. Dans cette dernière - au fonctionnement totalement numérisé - les processus (la collaboration, la création, le travail...) se voient complètements réinventés.

Par ailleurs, il est clé de ne pas oublier les hommes et les femmes qui travaillent dans tous les secteurs de l’industrie ainsi que les générations à venir. Il est nécessaire de les accompagner de façon efficace dans leur montée en compétences, d’attirer les talents vers l’industrie et de préparer les cursus adaptés aux nouveaux métiers qui émergent. Pour réussir sur ce volet, acteurs académiques et industriels doivent travailler main dans la main et mettre l’école dans l’entreprise !

 

Comment imaginez-vous le futur de l’industrie française ?  

L’industrie du XXIe siècle est une industrie dans laquelle de nouveaux industriels créent de nouvelles solutions pour de nouvelles catégories de clients. Elle touche à tous les secteurs et sa valeur ne réside plus dans les produits qu’elle fabrique mais dans l’usage qu’ils offrent aux consommateurs, aux patients ou encore aux citoyens. Regardez par exemple dans l’automobile : les futurs modèles d’affaires se feront par exemple sur une base d’offre de mobilité et non plus d’achat de véhicule. Les grands donneurs d’ordres industriels se retrouvent déjà aujourd’hui en compétition sur ces sujets avec des startups de seulement quelques personnes qui ont désormais la même capacité à accéder aux outils numériques.

Les plateformes numériques d’expérience sont les infrastructures du XXIe siècle. Elles transforment la distribution, les transports, l’hôtellerie et désormais l’industrie. Le numérique - grâce aux expériences rendues possibles dans les mondes virtuels – devient ainsi le nouveau medium qui révolutionne notre rapport aux savoirs et aux savoir-faire. Dans l’Industrie du futur, ceux qui gagneront ne seront pas ceux qui auront le plus automatisé leur production. Ce sont ceux qui réussiront à constituer un patrimoine de savoirs et de savoir-faire qu’ils partageront avec leurs sous-traitants et les membres des écosystèmes innovants avec lesquels ils travaillent. Ce sont eux qui seront capables de délivrer continuellement et à rythme accéléré des nouveaux services et expériences à leurs clients tout en évitant la désintermédiation.

 

Vous êtes partenaire du French Fab Tour. Que représente pour vous cette tournée en région ?

La tournée French Fab va au-devant des entreprises, des hommes et des femmes, qui, sur l’ensemble du territoire rendent concrète la notion d’industrie.
Elle est également un trait d’union essentiel avec les jeunes générations qu’il faut sensibiliser et attirer vers l’industrie en leur montrant ce qu’elle a de meilleur.
Ces deux objectifs me paraissent essentiels et c’est la raison pour laquelle nous avons décidé de la soutenir.

 

 

Dassault Systèmes, « The 3DEXPERIENCE Company », apporte aux entreprises et aux personnes des univers d’expérience 3D leur permettant d’imaginer des innovations durables capables d’harmoniser les produits, la nature et la vie. Le portefeuille logiciel couvre un large éventail de domaines allant de la modélisation et de la simulation scientifique à la fabrication des produits et à l’optimisation de la logistique. Il comprend des applications dans les ressources naturelles, l’urbanisme, le transport, la construction, les produits intelligents, les biens de consommation, jusqu’aux systèmes biologiques, à la chimie et aux sciences des matériaux.