Les métropoles de Lyon et de Saint-Etienne s’associent pour soutenir la phase de pré-industrialisation des entreprises de leur territoire grâce à un fonds de 100 millions d’euros.

Soutenir l’industrialisation des entreprises, en les rendant « moins polluantes et plus sobres ». Telle est la volonté exprimée par Gaël Pérideau, maire de Saint-Etienne et président de Saint-Étienne Métropole. La commune et celle de Lyon ont annoncé le 17 mai dernier la création d’un fonds de 80 à 100 millions d’euros destiné à soutenir la phase de pré-industrialisation des entreprises sur une période de 12 à 14 ans. Une petite centaine d’entre elles devraient pouvoir en bénéficier.

L’éligibilité soumise au respect de critères sociaux et environnementaux

Le fonds officialisé par Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon, et Gaël Pérideau, sera accessible aux entreprises basées dans les deux aires métropolitaines mais a aussi pour objectif d’en attirer de nouvelles. Surtout, celles qui souhaitent en bénéficier devront répondre à plusieurs critères sociaux et environnementaux.

Seront notamment étudiés le niveau de déchets qu’elles traitent et valorisent, la part d’énergies renouvelables qu’elles créent et utilisent ou encore l’insertion de personnes à la recherche d’un emploi. “En tant que Métropoles, nous avons les moyens d’impulser et d’accompagner les industriels qui veulent prendre leur part et relever nos défis communs. C’est à l’échelle de nos métropoles que nous pouvons trouver des solutions exemplaires et redonner du sens à nos façons de produire et consommer”, détaille Bruno Bernard.

La métropole de Lyon apportera 17 millions d’euros, celle de Saint-Etienne 5 millions d’euros et la Banque des Territoires 7 millions d’euros à ce nouveau fonds. L’ambition est de boucler le fonds d’ici la fin du mois de septembre pour sélectionner les premiers projets avant la fin de l’année.