À l’occasion de la Semaine de l’Industrie, La French Fab met à l’honneur les jeunes acteurs du secteur industriel à travers différents portraits. Focus aujourd’hui sur Geoffrey Hadzi, ingénieur innovation chez MGA Technologies.

L’industrie 4.0 est un concept très concret pour Geoffrey Hadzi, ingénieur innovation chez MGA Technologies depuis presque deux ans. « Je réalise quotidiennement de la veille technologique. Nous travaillons également énormément sur des sujets innovants de robotique mobile, collaborative ou encore de réalité étendue pour aider nos clients de l’industrie biopharmaceutique à les déployer dans leurs usines actuelles et futures. »

« J’ai eu la chance d’aborder différents aspects de l’industrie durant ma formation »

Avant de travailler à la conception de machines sur-mesure pour l’industrie pharmaceutique chez MGA Technologies, Geoffrey s’est construit un parcours complet et a eu la chance de découvrir de nombreux pans de l’industrie.

Après un Bac S et une prépa PSI (physique sciences de l’ingénieur), le jeune homme intègre Sigma Clermont sur concours en 2016 et se spécialise rapidement en machine mécanisme et système. Il profite de plusieurs stages pour se familiariser avec le secteur industriel dans son ensemble. « Mon tout premier stage de découverte, je l’ai réalisé chez Schrader en tant qu’opérateur contrôle de valves pour voitures. J’étais intégré à une équipe qui réalisait les 3-8. Un boulot éprouvant mais une expérience hyper enrichissante qui m’a permis de comprendre le travail à la chaîne avec tout ce que cela implique pour les gens qui réalisent ces tâches quotidiennement. »

En deuxième année, Geoffrey Hadzi passe cinq mois au sein du département conception et développement d’une entreprise qui fabrique des pressoirs à vin. « Une belle expérience car on m’a laissé mener un projet de bout en bout, ça m’a permis de découvrir d’autres métiers dans l’industrie, en amont et en aval de la production que j’avais vu jusque-là. »

L’appel de l’étranger

En 2019, le jeune franc-comtois décide de réaliser une césure d’une année pour découvrir l’industrie dans d’autres pays européens. Sa première expérience le mène en Allemagne pour une période de six mois. « J’avais envie de découvrir autre chose, d’apprendre une nouvelle langue également. Je suis rentré chez Witt & Sohn, entreprise spécialisée dans le développement dans laquelle j’ai eu l’opportunité de réaliser deux missions très intéressantes : l’une dans la rétroconception d’un ventilateur industriel et l’autre dans l’analyse vibratoire. »

Il prend ensuite la direction de la Slovaquie et pose ses valises chez PSA (Stellantis aujourd’hui). Geoffrey passe six mois dans la production de masse automobile, un pan de l’industrie inconnu pour lui jusqu’alors. « Ce qui m’a impressionné, c’est toute l’organisation et la logistique requise pour qu’une voiture puisse sortir de la ligne d’assemblage chaque minute. » Ce dernier stage de fin d’étude est également l’occasion de découvrir l’industrie 4.0. « PSA possédait un énorme département 4.0 au sein de son usine à Trnava pour déployer de nouvelles technologies digitales et mécatroniques sur les lignes de productions. »

2021 sonne l’heure du retour en France pour le jeune homme. « Grâce à un collègue de promotion, j’ai su que MGA Technologies recrutait pour développer son activité dans l’industrie 4.0. J’ai débuté l’aventure en février 2021 en tant qu’ingénieur innovation et j’y suis toujours, c’est une boîte au top ! »

« J’aime les environnements stimulants et l’industrie est parfaite en ce sens »

Le natif de Pontarlier aime les challenges. Sportif et compétiteur, il a trouvé dans l’industrie un environnement stimulant qui semble lui correspondre « Il faut sans arrêt se remettre en question dans ce secteur. On rencontre quotidiennement des problèmes techniques qui nous poussent à aller de l’avant, à chercher l’optimisation, des solutions innovantes, c’est hyper motivant. » Chez MGA Technologies, Geoffrey a la chance de baigner dans un environnement jeune et collaboratif. « On travaille en équipe, on échange énormément. Les plus anciens partagent également leurs connaissances, leur savoir-faire, je prends clairement du plaisir à venir tous les jours au bureau. »

Il apprécie aussi le fait de pouvoir proposer des idées, de trouver des solutions, de participer à son échelle aux changements induits par un monde en perpétuel mouvement. « J’aime l’idée de participer à la construction d’une société plus verte et responsable, d’impacter le monde de demain. Je pense que peu de domaines d’activités offrent les mêmes perspectives. » Le jeune homme souligne également la grande diversité que propose le secteur. « Il n’y a pas une industrie mais des industries, chaque entreprise possède des process différents. Il y a peu de risque de s’ennuyer dans l’industrie et de belles opportunités d’emploi pour ne rien gâcher ! »

Et Geoffrey Hadzi de conclure : « Notre industrie n’est pas parfaite, il y a plein de choses à améliorer notamment du côté environnemental et énergétique. Mais nous travaillons en ce sens. On a besoin de l’industrie dans notre vie de tous les jours. C’est également une belle façon pour la France de rayonner au niveau international. Nos expertises sont reconnues, on est très fiers de cela dans le secteur. »

À lire également – « Je suis fier de dire que je travaille dans l’industrie », Nicolas Pegard, imprimeur en sublimation chez CIT Dessaint