À l’occasion de la Semaine de l’Industrie, La French Fab met à l’honneur les jeunes acteurs du secteur industriel à travers différents portraits. Place aujourd’hui à Nicolas Pegard, imprimeur en sublimation chez CIT Dessaint.

26 ans et déjà manager. Chez CIT Dessaint, Nicolas Pegard n’a pas perdu de temps. Joueur de football et grand fan de sport, le jeune homme n’était pourtant pas spécialement destiné à rejoindre l’industrie. « Au collège, je ne savais pas vers quel métier m’orienter. Ma mère m’a parlé de la production graphique car elle sentait que ça allait me plaire. » Bonne pioche, Nicolas se passionne pour la spécialité et décroche rapidement son diplôme.

Après une formation de trois ans et demi en production graphique au lycée Montaigne à Amiens, Nicolas intègre CIT Dessaint, entreprise créée en 1911 et spécialisée dans la personnalisation du textile sportif, pour un premier stage. « Plusieurs de mes camarades de classe étaient en stage chez CIT et me parlaient en bien de l’entreprise. J’ai eu envie de les rejoindre pour participer à l’aventure. »

Manager et responsable d’atelier en très peu de temps 

Il s’épanouit rapidement au sein de l’entreprise dirigée par Nicolas Dessaint. « J’ai effectué deux stages chez CIT et quand l’opportunité s’est présentée de pouvoir enfin signer mon premier CDI, j’étais comblé, je ne me voyais pas faire autre chose ! » 

Au jour le jour, Nicolas travaille sur ordinateur à la conception de flocages, mais ses missions sont très larges. Depuis l’été dernier, il est même devenu responsable d’atelier en sérigraphie et manage deux personnes plus âgées que lui. « Je suis très bien où je suis. Je ne pensais pas devenir manager mais après huit années en cumulé chez CIT Dessaint, j’ai accepté le challenge. »

Le futur ? Nicolas l’envisage chez CIT. « On est clairement une belle équipe avec beaucoup de jeunes. La plupart sont devenus des amis. Mon travail est intéressant, je fais plein de choses différentes, j’en apprends tous les jours sur le tissu, la manière de faire, je ne m’ennuie pas. » Concernant les opportunités d’emploi au sein de son entreprise, Nicolas précise : « On peut faire aussi bien du design, que de la communication, des métiers différents qui peuvent intéresser beaucoup de profils. »

Le mot de la fin ? « Les gens aiment venir voir comment ça se passe dans nos ateliers, notamment les jeunes. Je parle beaucoup de ce que je fais autour de moi, je suis fier de mon métier, de dire que je travaille dans l’industrie ! »

À lire également – « L’industrie est un secteur d’avenir qui offre la possibilité de construire un monde plus vert et plus responsable », Romane Cuq, chargée de communication e-influence et mécénat chez Arkema