Lors de la 8e édition de Big, Eléonore Blondeau, cofondatrice du Collectif Startups Industrielles, Jérôme Mouterde, PDG de DualSun et Marie Soudré-Richard, cofondatrice de Revival, sont intervenus au sein de la Bulle French Fab. Retrouvez leurs explications sur les clés de l’industrialisation d’une startup.

Allers-retours incessants pour finaliser un produit, marché mal ciblé, lancement en pré-industrialisation trop rapide… Pour les startups, le passage du prototype à l’échelle industrielle est très souvent vécu comme une longue phase semée d’embuches. Nos trois intervenants reviennent sur leurs expériences respectives. 

Les trois phases inhérentes à l’industrialisation d’une startup 

Les startups passent nécessairement par trois grandes phases pour s’industrialiser. La première d’entre-elles se nomme la phase de Recherche & Développement (R&D) et de prototypage durant laquelle il convient de valider son marché cible et de définir un modèle fonctionnel.

Vient ensuite la phase de pré-industrialisation où sont créées des pré-séries. Une démarche « design to cost » (conception à coût objectif) est également mise en place à ce moment du processus d’industrialisation. Elle vise à optimiser les coûts totaux d’un produit, de sa conception jusqu’à sa mise sur le marché. C’est aussi l’occasion de produire des premières séries, de la documentation de production et de faire le point sur tout ce qui a attrait aux normes et aux certifications.

Enfin, la phase de grande série vient clôturer ce processus avec deux options possibles : soit une création d’usine dans le but de sortir directement son produit, soit le recours à un ou plusieurs sous-traitants afin de réaliser sa production en externe. 

Quelle stratégie industrielle pour sa startup ?

Il n’existe pas de règles universelles pour la définition d’une bonne stratégie industrielle. Néanmoins, établir en amont les grandes orientations de son entreprise avec, en point de mire, sa réussite dans le temps reste un gage de réussite. Cette phase préparatoire permet à chaque entrepreneur de mettre toutes les chances de son côté afin d’atteindre ses objectifs et de proposer une offre qui satisfasse ses clients car elle correspond au besoin d’un marché spécifique. 

Que ce soit Marie Soudré-Richard, cofondatrice de Revival, Jérôme Mouterde, PDG de DualSun ou encore Eléonore Blondeau, cofondatrice du Collectif Startups Industrielles mais également fondatrice de CleanCup en 2015, chacun de ces entrepreneurs revient dans les détails sur ce qui lui a permis de gravir les marches une à une jusqu’à l’industrialisation de sa startup. 

Retrouvez l’intégralité de cet échange au sein de la Bulle French Fab : 

 

À voir également – Big 2022 : revivez les meilleurs moments