L’agence de financement des infrastructures de transport de France (AFIT France), par la voix de son futur président Jean Castex, a rappelé la nécessité d’investir massivement dans le ferroviaire afin de décarboner le transport.

Auditionné devant la commission du développement durable de l’Assemblée nationale, l’ancien Premier ministre a réitéré son souhait de voir la France passer à la vitesse supérieure dans les investissements en faveur du ferroviaire. Si la décarbonation des transports passe nécessairement par le rail, Jean Castex a néanmoins tenu à rappeler que la « route » demeurait tout de même un axe essentiel « pour désenclaver les territoires. »

100 milliards d’euros d’investissement dans le ferroviaire d’ici 2050 ?

Le président de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, a récemment appelé à investir 100 milliards d’euros dans le ferroviaire sur 15 ans. L’ancien Premier ministre a reconnu que les 180 millions d’euros alloués à la régénération du réseau entre 2020 et 2022 étaient « insuffisants » mais signifié que 1 500 kilomètres de petites lignes avaient tout de même été remises à niveau grâce à cette enveloppe. Par ailleurs, Jean-Pierre Farandou et Jean Castex souhaitent qu’à l’horizon 2032, 20 % des déplacements de voyageurs en France soient réalisés en train, contre 10 % actuellement. 

Pour atteindre l’objectif de neutralité carbone d’ici à 2050, le secteur industriel doit absolument accélérer sa transition énergétique et écologique pour tendre vers l’industrie 4.0.

À lire également – Comment décarboner et favoriser l’industrie du futur ?