En 2018, la start-up Innoteo a réalisé un net virage vers la réalité mixte et ne le regrette pas. Le potentiel d’application de la technologie est impressionnant, notamment pour le secteur industriel. Portrait d’une jeune pousse pionnière et ambitieuse.

Imaginez le scénario : au cœur d’une usine, un technicien est présent sur sa ligne de production, casque HoloLens de Microsoft vissé sur la tête. En fonction de ce qu’il regarde, des images et indications très précises sous formes d’hologrammes, s’interposent dans son champ de vision, pour lui indiquer un bouton à presser par exemple ou lui fournir des explications autour d’un process à suivre. Concrètement, cette innovation, s’appuyant sur la réalité mixte, permet à un salarié de se former sur une machine en quelques minutes, indépendamment de son expérience. Basée à Compiègne, Innoteo, dont l’activité originelle est le développement d’applications et la gestion de la data, a fait de la réalité mixte son expertise numéro un.

« L’engouement pour la réalité mixte est aujourd’hui très fort »

Son fondateur, Philippe Boulanger, affiche un bel optimisme : « Avec la réalité mixte (MR), on superpose des images sur la réalité, on s’affranchit donc de ce besoin de reproduire toute la scène comme avec la réalité virtuelle (VR). L’engouement est très fort à l’heure actuelle, notamment dans l’industrie ». Sans compter que les avancées à venir, « grâces aux apports de l’intelligence artificielle », ne feront qu’améliorer l’expérience immersive et l’outil.
Pour le CEO d’Innoteo, la réalité mixte doit être vue comme un accélérateur de réindustrialisation : « On parle de pénurie de ressources qualifiées ? La MR est un formidable levier pour former rapidement des intérimaires et des jeunes », estime-t-il. Grâce au casque HoloLens, le collaborateur peut en effet suivre un module de formation directement sur le site de production, sans avoir besoin d’être toujours humainement accompagné et en gardant les mains libres et actives. Outre le gain certain de temps et de productivité, « cette technologie pourrait attirer et retenir les jeunes dans l’industrie », estime Philippe Boulanger.

Une alternative sur smartphone pour les PME et PMI

Tous les voyants sont au vert pour Innoteo et sa quinzaine de salariés, dont le savoir-faire est aujourd’hui reconnu et même mis en valeur par Microsoft, via son programme Mixed Reality Partner Program (MRPP), ou au sein du MTC (Microsoft Technology Center) de Paris. En septembre, une nouvelle fonctionnalité très attendue « Captation du Savoir » sera ajoutée à Dimeo. Celle-ci permettra, via le casque HoloLens, un smartphone ou une tablette, de générer automatiquement des contenus de formation ou de maintenance. « Un technicien expérimenté n’aura qu’à se déplacer, commenter et prendre des photos, et le module se créera tout seul. C’est révolutionnaire », s’enthousiasme Philippe Boulanger.

Via son application de réalité mixte Dimeo, la start-up de l’Oise a déjà séduit quelques grands noms industriels comme Safran, Saint-Gobain, Plastic Omnium ou encore Poclain Hydraulics. Sa solution est utilisée pour la formation des recrues, la formation continue, la maintenance ou l’assistance à distance. Mais le casque est également capable d’enregistrer les mouvements et actions du travailleur, et même ses commentaires audios, « autant de données fiables et précieuses pour les entreprises », précise le CEO. Pour les PME et PMI non-équipées de casques de réalité mixte, Innoteo propose depuis peu une alternative : une application sur Android, pour tablette ou smartphone, en réalité augmentée cette fois.

À lire également – Filt1860 : 162 ans de crises et de renouveau industriel