Newclip Technics, entreprise nantaise spécialisée dans la fabrication d’implants pour la chirurgie traumatologique et orthopédique, connaît une croissance à 2 chiffres depuis sa création en 2002. Des résultats qui amènent l’entreprise à se transformer à grande vitesse pour s’adapter.

« Nous sommes une PME française qui doit faire face à des concurrents cotés sur de gros marchés aux USA notamment. Chaque jour nous avons le défi de croître, d’innover et de tirer notre épingle du jeu. ». Une mission à temps plein pour Frédéric Serre, directeur exécutif groupe, et les 230 personnes qui officient dans l’entreprise. Fondée en 2002, par Grégoire Larché et Jean-Pierre Podgorski, Newclip Technics évolue dans le secteur très réglementé de la santé et des medtechs. Dans leurs sites en région nantaise, femmes et hommes s’attèlent à concevoir et produire implants, vis et plaques destinés à rassembler les fragments osseux et réparer les fractures du genou, du pied, de la cheville, du poignet et des membres supérieurs. Droit à l’erreur : zéro.

Des champions made in France de la croissance

« Nous maitrisons toute la chaîne de valeur, de la recherche en partenariat avec les chirurgiens, au bureau d’études, aux tests en laboratoires, en passant par la production et le conditionnement, et la distribution ». Chez Newclip Technics, tout est 100% fabriqué en France, et indépendant. 100% du capital est entre les mains de ses deux fondateurs, qui, en misant sur un modèle intégré, font briller le made in France à l’international. Présente dans près de 40 pays, la PME réalise 65% de son chiffre d’affaires hors des frontières bleu-blanc-rouge. Et si la concurrence est rude, les preuves ne sont plus à faire. De l’hôpital Necker en France, à la Mayo Clinic aux Etats-Unis, en passant par le Sahyadri hospital en Inde, Newclip Technics a notamment réussi à se forger une place de choix dans le top 3 mondial de son secteur sur les opérations d’osteotomies du genou.

Résultat : « On ne va pas rougir. Depuis la création de l’entreprise, nous sommes sur une croissance à 2 chiffres, d’environ 20% chaque année. », affirme Frédéric Serre. Et ce malgré la Covid-19, la déprogrammation des opérations chirurgicales et la chute du marché de l’orthopédie, qui ont entrainé une légère baisse de croissance de 3%. « 2021 a été une belle année pour nous. Nous avons dépassé le million d’unité de pièces produites et, tout a continué d’être produit localement en France à 100% ». Parce que la réussite appelle la transformation, Newclip Technics a bénéficié du soutien de France Relance en juin 2021. Une subvention de 800 000 euros a été accordée à l’entreprise par le gouvernement, dont toutes les commandes liées ont été clôturées en février 2022 afin de moderniser l’outil industriel tout en augmentant les capacités de production.

Croissance, anticipation et transformation : combo gagnant

« Nous avons investi à la fois dans des machines toujours plus automatisées et robotisées, et dans des technologies qui nous permettent de connecter ces nouveaux équipements ». D’une pierre deux coups pour la PME, qui compte autant sur ces investissements pour réduire la pénibilité au travail que pour améliorer ses performances. Avec les nouvelles machines, certains process très manuels seront facilités ; avec la data, le pilotage, l’anticipation et la maintenance globale – qui ont parfois péché lors de la crise sanitaire – ont été largement optimisés. « Nous évoluons dans un secteur de précision, la barre est haute, notre usine tourne sept jours sur sept, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Tout ça nous pousse à toucher du doigt l’excellence », explique le directeur exécutif.

Pour faire face à cette ascension, 99 nouvelles personnes ont intégré l’entreprise en 2021. Particularité de Newclip Technics : les profils sont variés et viennent de tous horizons. Frédéric Serre donne pour exemple une ancienne esthéticienne, un ancien boulanger, des personnes issues de la grande distribution ou de la recherche et également des ingénieurs et doctorants mais également des alternants. « Les gens qui travaillent pour nous sont des passionnés, notamment parce que notre secteur, la santé, leur offre des missions porteuses de sens ». Atout non négligeable lié à l’automatisation : les équipes travaillent en 1×8. La mixité est également au cœur de l’entreprise, dont 53% des postes sont tenus par des femmes. Et s’il reste compliqué de recruter des collaborateurs qualifiés dans des métiers très techniques, « on compose, et on y parvient ».

Nouvelles machines, recrutements… Pour répondre à la croissance et à ces évolutions, il faut anticiper. Parce qu’elle ne peut pas « pousser les murs » du jour au lendemain, Newclip Technics a notamment doublé son foncier et investi sur une parcelle de plus d’un hectare. « Nous avons 8 à 10 ans pérennes devant nous pour accueillir les changements et nous adapter ». Pour accompagner ces investissements matériels, une attention toute particulière est accordée aux équipes, et à l’humain en général : « Il faut toujours impliquer les gens qui nous entourent. Nous avons une culture de la transparence. C’est essentiel pour bâtir une histoire et maintenir son cap ».