L’économie française au plus haut, une sortie de crise bleu-blanc-rouge saluée à l’étranger et de grandes décisions côté Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi… Découvrez les bonnes nouvelles de la semaine.  

Une croissance record pour l’économie française en 2021 

D’après les chiffres de l’Insee, le PIB de la France a augmenté de 7% en 2021. Un chiffre important pour l’Hexagone, qui a ainsi dépassé de 0,9% son niveau d’avant la crise sanitaire. Si en 2020 l’économie bleu-blanc-rouge avait subi l’arrivée de la Covid-19 et vu son PIB baisser de 8%, c’est d’un rebond exceptionnel dont il s’agit aujourd’hui. Qualifié de « spectaculaire » par le ministre de l’Economie, de la Finance et de la Relance, ce résultat n’avait pas été atteint en France depuis 52 ans. Pour Bruno Le Maire, les chiffres de l’Insee vont même jusqu’à « efface[r] la crise économique » subie par la France depuis deux ans. De quoi motiver les troupes industrielles, portées par France Relance et le nouveau plan d’investissement France 2030. 

Vu de l’étranger : la France a mieux performé que les autres pays durant la pandémie 

Dans une tribune publiée dans le New York Times, le prix Nobel d’économie Paul Krugman a placé la France en tête du podium des pays ayant gardé la tête hors de l’eau pendant la crise sanitaire. Rappelant que les Etats-Unis avaient apporté une couverture médiatique plutôt négative de la gestion de l’économie par le gouvernement français pendant la pandémie et, pour aller plus loin, sur les 30 dernières années, Paul Krugman a tenu à renverser la tendance.  

Parmi les arguments avancés par l’économiste, la faculté pour la France à éviter la chute massive de l’emploi, voire à dépasser son niveau d’avant-crise. Une réussite en partie dûe à la politique du « quoi qu’il en coûte » menée par Emmanuel Macron, impliquant notamment la mise en place du chômage partiel ou par le maintien de l’ouverture des écoles, permettant aux parents de continuer à travailler. “Je ne veux pas idéaliser l’économie française ou la société française, qui ont toutes les deux beaucoup de problèmes, a-t-il avancé. Mais “à une époque où les républicains dénoncent comme un « socialisme » destructeur tout effort pour rendre l’Amérique moins inégalitaire, il faut savoir que l’économie de la France – qui n’est pas socialiste mais se rapproche beaucoup plus du socialisme que tout ce que les démocrates pourraient proposer – se porte plutôt bien.”, peut-on lire dans la chronique 

L’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi mise sur les véhicules électriques 

L’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a dévoilé une nouvelle feuille de route mettant en avant ses actions à venir d’ici à 2030. Les véhicules électriques et la mobilité intelligente et connectée sont au cœur du projet. Le trio a notamment annoncé dans un communiqué accélérer son implication dans l’électrification en lui consacrant 23 milliards d’euros d’investissements sur les cinq prochaines années. Objectif : arriver à 35 nouveaux modèles de véhicules électriques d’ici à 2030.  

En parallèle, Jean-Dominique Senard, président de l’Alliance et de Renault, a annoncé lancer la production de la prochaine voiture électrique de la marque Alpine dans son usine à Dieppe, en Seine-Maritime. Une initiative saluée par Bruno Le Maire, qui a qualifié l’événement de « symbole de la reconquête industrielle que nous sommes en train de réussir en France » sur Twitter.