Au micro de la Bulle French Fab lors de Big 2021, Christine Horard, architecte de la transformation des entreprises et spécialiste de l’Industrie du Futur au Cetim et Yannick Feillens, consultant expert des enjeux de performance industrielle et de transformation digitale, ont échangé autour de l’importance du management dans un contexte de réindustrialisation. 

Si l’on parle des nombreuses transformations qui touchent le monde de l’industrie, à l’instar de sa transition écologique et énergétique ou de sa transformation numérique, peu souvent sont abordées les questions d’évolution du management. Dans un contexte propice aux relocalisations et à la réindustrialisation, le rôle des managers est pourtant capital et doit s’adapter.  

Le management au service de la croissance et de la compétitivité 

Se concentrant sur la prise de décisions des managers en période d’instabilité, Christine Horard s’est notamment intéressée aux solutions permettant de contrer les changements de paradigme auxquels sont aujourd’hui confrontés les rôles managériaux. Parmi eux, l’anticipation de l’activité chahutée par les mutations rapides du secteur ou encore l’obsolescence des outils stratégiques utilisés jusqu’alors. Comment, dans un monde industriel qui s’accélère, prendre les bonnes décisions dans un laps de temps court et suivant une direction digne de sens ? En partenariat avec Diagonart Conseil, la spécialiste a conçu un outil dit « référentiel d’orientation » dont elle a détaillé le fonctionnement lors de son intervention.  

De son côté, Yannick Feillens s’est concentré sur une problématique plus large : la relation management/compétitivité. D’après les données des économistes recensées par l’expert, la compétitivité des entreprises se jouerait à 30% au niveau du management. Le consultant note, entre autres, que si les relocalisations se multiplient depuis quelques temps, les entreprises se retrouvent encore confrontées aux mêmes données économiques, à l’instar du coût de la main d’œuvre toujours plus bas dans certaines autres parties du monde. Au management quotidien des entités industrielles d’entrer en compte. Un management qu’il conseille de soigner sur trois plans : dans les ateliers, sur la supply chain, et dans la partie technologique des entreprises.