L’industrie, nouvelle dans la famille des licornes françaises, les investissements étrangers au beau fixe et les ETI soutenues par le gouvernement… Découvrez les bonnes nouvelles de la semaine.

Exotec devient la 25ème licorne française

La nouvelle licorne française est une startup industrielle. Après avoir levé 335 millions de dollars (soit environ 294 millions d’euros), l’entreprise fabricante de robots appliqués à la logistique a permis à la France de franchir le cap des 25 licornes, trois ans avant l’objectif fixé par le gouvernement. Une première pour la communauté industrielle française, jusqu’alors absente du classement de ces entreprises valorisées à plus d’un milliard de dollars.

Aidée par l’apport de Goldman Sachs, Exotec fait ainsi figure de proue au sein de la communauté des startups industrielles bleu-blanc-rouge. Une bonne nouvelle coïncidant avec les ambitions du plan France 2030, qui a fait des innovations de rupture son levier principal de réindustrialisation.

4 milliards d’investissements étrangers annoncés par l’Elysée

Lors de la nouvelle édition du sommet Choose France lundi 17 janvier, l’Elysée a annoncé plus de 4 milliards d’euros d’investissements étrangers sur le sol bleu-blanc-rouge. Une somme cumulée correspondant à 21 nouveaux projets pensés hors des frontières et en phase d’être concrétisés dans l’Hexagone.

Parmi les investissements les plus importants, l’Etat a notamment mis en avant le projet du groupe américain Eastman, spécialisé dans la production de matériaux, qui injectera 850 millions d’euros dans une usine de recyclage de plastiques ; celui du suédois Ikéa, prêt à allouer une enveloppe de 650 millions d’euros sur trois ans à des projets « dédiés à l’économie circulaire et aux transports durables » ; ou encore à celui du chimiste allemand BASF, qui investira quant à lui près de 300 millions d’euros sur son site de Chalampé dans le Haut-Rhin. Ces projets représenteront « plus de 10.000 emplois, auxquels s’ajoutent plus de 16.000 emplois en CDI intérimaires » de l’entreprise Manpower, a annoncé le gouvernement.

De nouvelles actions dans le cadre du plan « Nation ETI »

Initiée il y a deux ans par le gouvernement pour combler le déficit des entreprises de taille intermédiaire en France, la stratégie « Nation ETI » a permis la création de 26 700 emplois nets sur les trois premiers trimestres de 2021 a annoncé l’Elysée. France Relance n’y est pas pour rien, puisque 469 des 1738 ETI recensées par l’Insee ont remporté des appels à projets lancés dans le cadre du plan, pour une enveloppe totale d’aides distribuées de 569 millions d’euros.

De nouvelles actions ont été annoncées par le gouvernement, visant à renforcer l’accompagnement des ETI par les pouvoirs publics, développer leur accès aux compétences, améliorer leur compétitivité, le tout à condition de voir ces entreprises engager des actions environnementales et sociales. Une attention toute particulière sera apportée au « partenariat fiscal » jusqu’alors très peu sollicité par les entreprises concernées. Initié en 2019 pour les ETI, il a pour objectif de renforcer la « relation de confiance » entre les entreprises et les services des impôts pour mieux sécuriser leur activité.