Au micro de la Bulle French Fab lors de Big 2021, Olivier Malingréau, président de France Macaron, et David Soulard, directeur général du groupe Gautier, ont raconté comment le made in France leur a permis de briller à l’international.  

Le premier fabrique des macarons, le second des meubles, et tous deux prospèrent à l’international avec leurs produits made in France. Pour Olivier Malingréau et David Soulard, la réussite de leur stratégie à l’export tient autant à la réputation des produits bleu-blanc-rouge qu’à leur capacité à s’adapter à d’autres marchés.  

Qualité et adaptation, deux clés pour réussir à l’international  

« Un travail sur le long terme ». Pour l’un comme l’autre des deux French Fabeurs ayant pris la parole le 7 octobre dernier, la réussite à l’export est un labeur de chaque jour. Outre un effort marketing consistant à arpenter les salons pour gagner en visibilité, il est question d’humain et d’adaptation. Tout en communiquant fièrement sur l’histoire de leurs entreprises et leurs valeurs, c’est entre autres sur leur capacité à capter l’attention de clients d’autres horizons qu’ont misé les deux dirigeants.  

Pour le président de France Macaron, il s’agit de s’adapter aux goûts des uns et des autres. S’il exporte les produits qu’il vend sur le territoire français, il fabrique sur le sol hexagonal d’autres macarons en adéquation avec les palais d’ailleurs : orange de Jeju en Corée du Sud, yuzu et haricots rouges au Japon, augmentation de la dose de sucre pour le marché brésilien… Pour voyager, il faut satisfaire le consommateur. Si pour David Soulard il n’est pas question de modifier l’essence des produits, leurs dimensions sont notamment amenées à changer selon la taille des foyers.  

Dans les deux cas, les nuances apportées complètent la réputation globale du Made in France à l’étranger. Entre normes garantissant la qualité et style de vie « à la française », la communauté des French Fabeurs peut se targuer d’avoir « un coup d’avance ». Pour ceux qui en doutent encore et hésitent à suivre leurs pas dans l’aventure internationale, Olivier Malingréau l’affirme : après avoir étudié les marchés, il suffit de prendre sa décision et de se lancer !