A l’occasion de la Semaine de l’Industrie, La French Fab met à l’honneur les entreprises ou acteurs du Coq Bleu investis dans sa 10e édition. Verescence, leader mondial du flaconnage en verre pour les industries de la parfumerie et de la cosmétique, a choisi de mettre en avant ses métiers auprès des visiteurs. A cette occasion, Hélène Marchand, directrice générale France, a répondu à nos questions. 

Pourquoi avez-vous décidé de participer à la Semaine de l’Industrie ? Quels sont les bénéfices pour l’entreprise ?  

Nous avons aujourd’hui un vrai besoin d’améliorer l’image de notre entreprise, notamment parce que nous recrutons. Il faut que l’on mette en avant nos métiers, qui dans notre cas sont spécifiques parce qu’il n’existe pas d’école qui forme au verre. Nous dispensons nos propres enseignements aux jeunes que l’on fait entrer dans l’entreprise, et surtout, nous leur offrons la possibilité d’y évoluer. Vous pouvez entrer ouvrier et finir cadre ou manager, en France ou à l’international. Nous sommes le leader mondial du flaconnage de luxe donc les salariés peuvent avoir l’opportunité d’aller travailler dans les pays où Verescence est implanté comme l’Espagne, les Etats-Unis, ou la Corée du Sud.

Nous avons aussi besoin de montrer que l’on développe de nouveaux métiers pour adapter nos organisations à la transformation de notre entreprise. Nous investissons de plus en plus dans des machines automatisées donc nous avons davantage besoin de recruter des profils de type techniciens et ingénieurs pour nous aider à mieux utiliser ces équipements. De plus, nous travaillons sur la décarbonation de notre industrie. L’entreprise est au cœur de ces problématiques, notamment parce que le verre est l’une des meilleures alternatives au plastique. Il faut que les jeunes aient conscience qu’en travaillant chez nous, ils vont contribuer concrètement à notre objectif de baisse des émissions de CO2.

Quel type d’événements avez-vous imaginé pour l’occasion ?  

Nous avons organisé sept visites d’usine sur nos 3 sites. Nous avons eu une centaine de visiteurs : des lycéens, étudiants en BTS, demandeurs d’emploi, et aussi des professeurs et des conseillers Pôle Emploi pour qu’ils saisissent bien la nature de nos métiers. Cela a créé beaucoup d’énergie dans les équipes. C’est stimulant de recevoir des jeunes, de leur parler de nos métiers et de leur donner envie de nous rejoindre. Nous savons aussi que c’est efficace : lorsque l’on montre aux visiteurs ce que l’on fait en général, beaucoup repartent séduits. Souvent ils n’ont pas conscience que pour faire un flacon, plus de dizaine de métiers différents interviennent.

Pourquoi l’industrie a-t-elle encore besoin de ce type d’événements pour parler au grand public ? 

Je pense que l’industrie souffre d’un déficit d’image qui n’est pas justifié. Nous offrons des métiers très variés, évolutifs et bien payés. Agnès Pannier-Runacher (ministre déléguée chargée de l’Industrie) a récemment rappelé que l’industrie était un secteur avec un faible taux de salariés au SMIC. Chose importante également, nous avons à cœur de favoriser la mixité femme-homme chez Verescence. Il est important de montrer lors de ces visites que les conditions de travail ne sont plus les mêmes qu’avant et que les femmes ont tout à fait accès à nos métiers.

Enfin il est important pour nous, industriels, de travailler en bonne intelligence avec notre écosystème, notre territoire. Et tout particulièrement avec nos fournisseurs pour avancer sur notre transition écologique et énergétique. Nous avons en effet un objectif ambitieux de décarbonation de -40% à horizon 2034.