A l’occasion de la Semaine de l’Industrie, La French Fab met à l’honneur les entreprises ou acteurs du Coq Bleu investis dans sa 10e édition. Cosmetic Valley, pôle de compétitivité de la filière parfumerie-cosmétique, a labellisé son événement et misé sur l’immersion et la technologie pour parler à ses visiteurs. Soline Godet, directrice générale adjointe entreprises et territoire au sein de l’organisation, a répondu à nos questions pour l’occasion.

Quels bénéfices souhaitez-vous tirer de votre participation à la Semaine de l’Industrie ?

La Semaine de l’Industrie nous apporte une visibilité forte au niveau territorial comme national.  Elle nous permet de rendre service aux entreprises de la filière parfumerie-cosmétique en communiquant, entre autres, sur leurs métiers. Il y a beaucoup de métiers en tension en termes de recrutement et il est important pour nous de les rendre attractifs auprès des jeunes et des demandeurs d’emploi.

Quel type d’événement avez-vous imaginé pour l’occasion ?

L’événement qu’on a labellisé s’appelle le « Cosmetic Expérience Tour ». Nous proposons un parcours immersif et expérientiel digital à destination des jeunes et demandeurs d’emploi pour les aider à découvrir les métiers de l’industrie parfumerie-cosmétique, en particulier ceux pour lesquels nous peinons à recruter. Nous leur proposons de jouer avec des animateurs, de participer à divers ateliers interactifs. Ils peuvent aussi, en dehors de cette activité, rencontrer des entreprises de notre réseau, des organismes de formation ou encore discuter avec Pôle Emploi. Près de 1000 personnes sont attendues.

Pourquoi avoir choisi d’utiliser le numérique et l’expérience pour présenter les métiers de la filière ?

Il est important de faire découvrir les métiers de la filière de manière ludique, pédagogique et interactive. Jusqu’à présent, les métiers de l’industrie étaient toujours présentés de manière très institutionnelle. On a décidé de se servir de cet événement pour aller chercher les jeunes avec des choses qui vont leur parler. On va les capter avec le digital, une application mobile, la réalité augmentée. Il faut les stimuler et les rendre curieux.