La 10ème édition de la Semaine de l’Industrie aura lieu du 22 au 28 novembre. Yves Noirot, directeur général des Fonderies de Sougland, ambassadeur de La French Fab et Eclaireur du Coq Vert, nous a expliqué quels sont les enjeux d’un tel événement pour son entreprise (labellisée pour l’occasion) et celles du Coq Bleu.

Pour quel type d’événement êtes-vous labellisé ?

Nous allons faire visiter notre entreprise. Nous sommes habitués car nous sommes labelisés « France Savoir-Faire d’EXCELLENCE », les Fonderies de Sougland sont ainsi ouvertes aux visites toute l’année. Notre entreprise est unique, elle a une histoire extraordinaire, elle a été créée sous François 1er, nous sommes la plus ancienne entreprise des Hauts-de-France, une des plus anciennes Fonderie au monde. Entre notre salle d’exposition, notre site de production, notre partie R&D, nos compagnons aux savoir-faire exceptionnels, notre stratégie avec la pratique de « l’innovation verte » et notre VTE vert… On a vraiment une palette très large de choses à montrer et elle s’enrichit avec le temps.

Quel est l’intérêt, pour une entreprise, de participer à la Semaine de l’Industrie ?

Il y a un double enjeu pour nous. Le premier, c’est de faire connaitre aux jeunes nos métiers. Il s’agit de sensibiliser, de donner envie de rejoindre l‘industrie et la fonderie, de sensibiliser et de montrer toute la palette de métiers qui existent.

Le second a trait au territoire. Ici, en Thiérache, dans les Hauts-de-France, nous sommes dans un territoire qui manque d’attractivité. L’accès y est notamment difficile, donc il faut attirer des talents venant de l’extérieur.

Vous pensez que pour convaincre le grand public et les jeunes en particulier, il faut « montrer » ?

Il ne faut pas uniquement montrer. Il faut absolument faire toucher, sentir, faire travailler le plus de sens possible. Il y a aussi quelque chose de très simple et très important : il faut savoir s’enrichir et s’enorgueillir du « c’est moi qui l’ai fait ». Et dans mon esprit, cette entreprise appartient à tous ceux qui y travaillent. Je veux vraiment que les visites ne soient pas uniquement prises en main par les cadres ou le service communication. Je veux que les salariés présentent leur entreprise, leur métier et en soient fiers. Ça renforce l’attractivité.

Si les gens sont naturellement attirés par la partie R&D, le numérique ou par les machines, il y a à Sougland des métiers plus difficiles à vendre que d’autres. Par exemple, c’est un jeune qui est à la tête de l’atelier. En véritable maître artisan, Il explique aux visiteurs comment il a fabriqué les pièces, en combien de temps et sa méthode. Je trouve ça beau, toute cette fierté que les gens tirent de leur métier.

Il y a cette année une thématique : « inventer un avenir durable ». Comment ce thème résonne-t-il dans votre entreprise ?

On est complètement dedans puisqu’on pratique la création de valeur par l’innovation et la protection de la planète. On entretient une méthode précise avec nos clients pour limiter aux maximum les pertes et l’impact sur la planète. On va définir avec eux quels sont leurs besoins et leurs attentes et ensuite on va rechercher l’alliage métallurgique qui leur convient. On fait en sorte que les pièces durent le plus longtemps possible pour limiter notamment l’empreinte carbone. Nous rachetons les pièces usagées des clients pour pratiquer l’économie circulaire.

Ces actions vertes que vous menez sont un réel argument en faveur des jeunes ?

Pour moi c’est fondamental et ça va l’être de plus en plus. Je trouve que ça s’est accéléré pendant les deux années qui viennent de passer, et pas uniquement à cause du coronavirus. Ce que je peux observer quand je fais du recrutement, c’est qu’il y a une vraie recherche d’équilibre entre vie professionnelle, personnelle et familiale, mais qu’il est également très important pour les jeunes que l’entreprise protège la planète. Cet argument arrive assez régulièrement avant même la question de la rémunération.

Les Fonderies de Sougland

Date et lieu de création : 1543 à Saint-Michel, dans l’Aisne
Activités : fonderie, usinage, mécano-soudure
Nombre d’employés : 70
Particularités : Entreprise du Patrimoine Vivant et Vitrine Industrie du Futur