Le Pavillon France constituera la vitrine de l’innovation bleu-blanc-rouge lors de l’Exposition universelle de Dubaï, du 1er octobre 2021 au 31 mars 2022.  

25 millions de spectateurs attendus, 4,38km de superficie, plus de 200 événements et 192 pays participants, dont la France. Pour sa première édition en région Moyen-Orient, Afrique et Asie du Sud, l’Exposition universelle a vu les choses en grand. Dans un contexte de sortie de crise et de relance de l’économie mondiale, l’événement est un enjeu d’autant plus important pour les entreprises présentes qu’il leur donne l’occasion de briller auprès de confrères internationaux et d’agrandir leur réseau. « Pour les grandes entreprises comme pour les PME et les ETI, l’événement est un lieu de rencontre et de prospection, voire de conclusion de contrat, soit en direct, soit à travers des missions collectives organisées par Business France, Bpifrance ou encore les chambres de commerce », explique Erik Linquier, commissaire général pour la France à l’exposition universelle.  

Comme lors de chaque édition, une thématique globale a été choisie pour guider les différentes animations et interventions : « Connecter les esprits, construire le futur ». La transformation numérique et la transition écologique et énergétique y seront ainsi largement représentées, et déclinées à travers trois sous-thématiques : durabilité, mobilité et opportunité.  

Faire briller les entreprises françaises et accélérer la recherche 

Positionner la France comme l’un des acteurs essentiels de la relance économique mondiale, tel est, entre autres, l’objectif de l’ensemble du programme proposé par le Pavillon France. Guidé par le slogan « L’inspiration à la vitesse de la lumière », le parcours imaginé pour l’Hexagone promet de valoriser l’innovation française pour mieux faire briller ses entreprises. Plus encore, « L’exposition universelle joue un rôle d’accélération à la fois pour les réseaux, mais également pour les travaux en matière de technologie et d’innovation. », explique Erik Linquier. Une ambition portée à hauteur de 30 millions d’euros, dont les deux tiers ont été pris en charge par l’Etat.   

Pour rythmer les 6 mois d’événement, 12 quinzaines ont été imaginées, toutes dédiées à une thématique. Dans l’ordre chronologique : 
– biodiversité (préserver et restaurer la biodiversité),
– espace (relever les nouveaux défis de l’exploration spatiale),
– villes (penser les villes et les territoires durables de demain en promouvant une infrastructure résiliente),
– paix (faire progresser la paix, la justice et la sécurité),
– sports (promouvoir l’activité physique et sportive pour tous),
– éducation (assurer l’accès à l’éducation et à l’apprentissage de tous),
– création (incarner et soutenir la création artistique française),
– santé (accompagner la recherche et l’innovation au service de la santé),
– climat (agir contre le réchauffement climatique),
– consommation (établir des modes de consommation et de production durables),
– femmes (parvenir à l’égalité entre les sexes),
– océans (découvrir, préserver et exploiter nos océans aux fins de développement durable).  

« L’idée, c’est d’avoir la présence d’entreprises françaises sur chacune des douze thématiques successives qui constituent cette saison. En amont, on s’est assuré que sur chacune des thématiques, on ait à minima un, voire deux ou trois événements (conférences, échanges) qui permettent d’amener les entreprises françaises, et notamment des entreprises innovantes, qui lustrent la thématique en question. », explique le commissaire général.  

Des expositions et événements au service des savoir-faire bleu-blanc-rouge 

Une exposition permanente consacrée à la notion de « Progrès » prendra également place au cœur du Pavillon France. Elle sera divisée en trois espaces scénographiés, dont l’un dédié à la mobilité accueillera plusieurs grands acteurs français : Renault, Engie, la Région Ile-de-France, le CNES, Flying Whales et Accor. 

Parallèlement à cet emplacement permanent, cinq expositions artistiques temporaires s’empareront successivement du Pavillon, chacune dédiée à une expertise : l’art digital (Histovery x L’Oréal sur Notre-Dame), les arts de la table (Groupe Chalhoub), l’art cinétique (Atelier Cruz-Diez), l’architecture (Société du Grand Paris x Dominique Perrault) et la mode (Jean Paul Gaultier).  

Enfin toute une série d’événements, en partie portés par Business France (en partenariat avec Team France Export, Bpifrance et la Chambre de Commerce et de l’Industrie française pour les Emirats arabes unis), viendront dynamiser les 6 mois d’exposition.   

En savoir plus sur les actions de Business France  
En savoir plus sur le Pavillon français