Intervenue lors de l’inauguration du French Fab Tour à Metz, la ministre déléguée à l’Industrie Agnès Pannier-Runacher s’est adressée aux jeunes pour mieux mettre en lumière les opportunités professionnelles proposées par l’industrie.  

Derrière le French Fab Tour, un objectif : montrer aux jeunes que l’industrie se transforme, qu’elle recrute, et que de belles carrières les attendent. Présente lors de l’inauguration de la tournée le 13 septembre à Metz, Agnès Pannier-Runacher a profité de la présence des élèves du collège Pierre Adt de Forbach pour vanter les entreprises du Coq Bleu et leur donner envie d’envisager un avenir dans le secteur.  

Casser les préjugés 

« Les industriels recrutent : aujourd’hui, il y a 70 000 postes ouverts dans l’industrie. Malgré cette grande possibilité de travail, on n’arrive pas à recruter parce que le secteur souffre encore d’une mauvaise image, qui n’est pas justifiée », a rappelé la ministre. Une mauvaise image qu’Agnès Pannier-Runacher a souhaité casser en s’appuyant sur deux des principaux axes de transformation de l’industrie, la transition écologique et énergétique (TEE) et la transformation numérique.  

« L’industrie c’est moins de 20% des émissions de gaz à effet de serre et 100% des solutions » a affirmé la ministre déléguée à l’Industrie. Une façon pour elle de rappeler que la transition écologique et énergétique est en cours, et que la jeune génération peut en devenir l’un des maillons. « Mettre au point des voitures qui ne polluent pas, imaginer des solutions pour ne pas obstruer les sols lorsqu’on fait de l’agriculture, des solutions pour se loger sans émettre du CO²… Pour toutes ces initiatives, on va utiliser l’industrie ». Et d’ajouter, en s’adressant directement aux collégiens : « Si vous avez envie de relever ce défi climatique, c’est dans l’industrie que ça se passe ».  

A côté de l’environnement, c’est à la transformation numérique qu’Agnès Pannier-Runacher a consacré une partie de son discours. Contredisant l’idée reçue selon laquelle « les conditions de travail sont épouvantables », la ministre a tenu à mettre en avant les nouvelles technologies œuvrant pour l’innovation et les salariés. « Allez visiter des usines, vous allez voir que l’industrie est de plus en plus automatisée, qu’elle est équipée de machines à commandes numériques, que les opérateurs ont des tablettes pour gérer leurs lignes complètes de production, que les chercheurs sont extrêmement bien équipés… ». De la même façon que pour la TEE, elle n’a pas manqué de faire le lien avec les nouveaux métiers s’offrant aux jeunes. « Si vous voulez vraiment toucher à la techno dure qui est en train de changer le monde, c’est dans l’industrie que ça se passe. Donc soyez curieux, ne vous laissez pas enfermer dans ce qu’on vous raconte ».   

Diversité des métiers et des profils 

Durant son discours, la ministre a également tenu à rappeler que les métiers de l’industrie n’étaient pas uniquement liés à la mécanique ou à la technique, mais brillaient par leur diversité. « Il y a énormément de métiers, autour de la sécurité, de la maintenance, de la conception. Des métiers où l’on invente, ou l’on innove. Des métiers où l’on va chercher à mieux faire travailler les gens ensemble… ». Il s’agit ici de la fierté de travailler en collectif, mais également de celle de travailler avec des profils différents.  

Cause chère à Agnès Pannier-Runacher, la mixité a eu une large place dans sa prise de parole. Pour en parler, la ministre s’est directement adressée aux jeunes filles du public : « les carrières scientifiques et techniques, c’est aussi pour vous, ce n’est pas réservé aux garçons. Ce sont des carrières où l’on peut aller décrocher de supers emplois. […] Il faut anticiper et ne pas avoir peur des matières scientifiques à l’école, des maths, de la physique […] Allez-y, prenez votre risque, personne ne doit vous imposer votre avenir professionnel ».  

Toujours sur cette même ligne de la diversité dans l’industrie, Agnès Pannier-Runacher a également envoyé un message aux industriels en leur demandant d’ouvrir leurs portes à tous les profils : « Il faut des stages de quatrième, de troisième, de seconde, de l’apprentissage, de l’alternance… Il faut ouvrir les portes des entreprises aux personnes handicapées, […] aux personnes qui ont traversé des années de chômage et se relancent. ».  

Un discours d’ouverture conclu par un message fort à destination des jeunes : « On est sur un moment extraordinaire, vous êtes la génération qui va inventer une nouvelle façon de produire, vous êtes la génération qui va changer le monde. Saisissez-vous de ce moment ».  

 

Revivez la cérémonie d’inauguration du French Fab Tour :