Bruno Le Maire confiant pour la croissance économique française, l’emploi revenu à son niveau d’avant-crise, mise en route du plan de relance européen… Les nouvelles de ce Flash Fab d’avant-rentrée sont bonnes.  

Le pass sanitaire n’a pas freiné la consommation des Français 

Dans une interview donnée à FranceTV le 23 août, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance a annoncé que la situation économique de l’Hexagone était sur la bonne voie. Malgré un été peu clément, chamboulé par la quatrième vague de Covid-19 et l’entrée en vigueur du pass sanitaire, la consommation a, d’après les chiffres de Bruno Le Maire, augmenté de 15% sur les quinze premiers jours d’août. De quoi confirmer l’ambition du gouvernement de retrouver un niveau d’activité d’avant-crise d’ici la fin de l’année 2021.  

En plus des dispositifs du plan de Relance lancé l’été dernier, l’industrie profitera d’un nouveau coup de pouce très bientôt, avec la mise en œuvre d’un « plan d’investissement pour la France de 2030 ». Doté d’une enveloppe oscillant entre 30 et 40 milliards d’euros, ce plan sera en majeure partie consacré aux enjeux du Coq Bleu.  

Un marché du travail résiliant  

D’après les nouvelles estimations de l’Insee, l’emploi salarié serait quasiment revenu à sa situation d’avant-crise. Un retour à la normale initialement prévu pour la fin de l’année, qui vient contredire toutes les prévisions. D’après l’Institut national de la statistique et des études économiques, le deuxième trimestre 2021 est marqué par une progression de l’emploi salarié privé de 1,2%, soit 239 500 créations nettes d’emplois. Dans son étude du 6 août, l’Insee conclue qu’il s’agit cette fois-ci d’un retour à la normale, les chiffres avoisinant ceux de l’année 2019.  

Côté industrie, l’emploi salarié confirme cet optimisme, avec une hausse de l’emploi salarié privé de 0,3% au 2ème trimestre après une baisse globale de 1,9% en 2020. Il reste encore du chemin pour qu’il retrouve son niveau d’avant-crise, l’estimation restant 1,5% inférieure à la normale.  

Bruxelles verse son premier acompte à la France 

Finalisé l’été dernier pour aider les Etats de l’Union Européenne les plus touchés par la crise sanitaire, le plan de relance européen (NextGenerationEU) a attendu cet été pour se matérialiser dans l’Hexagone.  

Bruxelles a en effet déployé jeudi 19 septembre sa première enveloppe française, d’une somme de 5,1 milliards d’euros. Ce versement estival devrait servir, entre autres, à investir dans l’efficacité énergétique des bâtiments, soutenir la numérisation des entreprises et de l’administration publique, et moderniser le système de santé, la rénovation des hôpitaux et des établissements de soins en tête. Sur 750 milliards d’euros de subventions communes à l’ensemble des états membres, 40 milliards devraient être alloués à la France.