Annoncé par Emmanuel Macron le 12 juillet, le nouveau plan d’investissement porté par Bercy devrait représenter une dépense de 20 à 30 milliards d’euros. En cours d’élaboration, il est attendu pour la rentrée de septembre. 

« Bâtir la France de 2030 », tel est l’objectif du nouveau plan d’investissement annoncé par Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée du 12 juillet dernier. Après les 100 milliards d’euros (dont 40 ont d’ores et déjà été dépensés) déployés dans le cadre de France Relance, le ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance devrait réserver une nouvelle enveloppe de 20 à 30 milliards d’euros pour prolonger les actions engagées.

Un « choc de réindustrialisation » annoncé par Agnès Pannier-Runacher

Si France Relance a été initié en premier lieu pour faire face aux crises sanitaire et économique, ce nouveau plan d’investissement servira quant à lui à « faire émerger dans notre pays et en Europe les champions de demain ». Le numérique, l’industrie verte, les biotechnologies et l’agriculture, cités lors de l’allocution du président de la République, seront au cœur des propositions, accompagnés d’une dizaine d’autres enjeux clés.

Côté Coq Bleu, interrogée par BFM Business, Agnès Pannier-Runacher a évoqué « un choc de réindustrialisation ». Et de compléter « Nous avons montré avec le plan de relance que c’était possible à court terme, maintenant il faut cranter les choses à moyen terme. Il faut être présent plus fort sur l’hydrogène, sur les semi-conducteurs, sur la santé, sur l’automobile ». Déjà largement soutenues par France Relance sur des problématiques concrètes de modernisation des usines, de transformation numérique ou encore de transition écologique et énergétique, les entreprises industrielles devraient une nouvelle fois largement bénéficier des nouvelles mesures de soutien définies par Bercy. Pour l’instant évoqué dans les grandes lignes, le plan d’investissement devrait être présenté en détail début septembre.