D’après une étude de Bpifrance Le Lab, les dirigeants d’ETI anticipent un rebond de leurs investissements et de leur activité d’ici fin 2021.  

L’optimisme s’empare à nouveau des dirigeants d’ETI. Après une année 2020 et un premier semestre 2021 marqué par la crise sanitaire, ils voient le bout du tunnel, voire plus loin.  Portés par la levée progressive mondiale des contraintes liées au Covid-19, ils sont 60% à anticiper un retour à la normale de leur activité d’ici la fin de l’année. Plus encore, 35% des interrogés prévoient pour 2021 un niveau d’activité supérieur à celui de 2019.  

Une confiance en l’avenir qui se traduit par un maintien global des projets d’investissements physiques et immatériels (pour 79% des ETI), dont 60% seraient déployés pour l’accélération de la transformation numérique. L’emploi profite lui aussi de cette anticipation positive, 44% des interrogés ayant déclaré vouloir maintenir leurs projets d’embauches contre seulement 4% de réfractaires. Les développements à l’étranger sont eux aussi sur la rampe de la relance. 15% des dirigeants d’ETI sondés envisagent de créer des filiales ou de prendre des participations hors des frontières en 2021, soit 11% de plus qu’en 2020.  

Les dispositifs de soutien publics au service de l’optimisme 

Derrière cet optimisme se cachent plusieurs raisons conjoncturelles. Côté trésorerie, l’enquête indique que la situation des ETI est en moyenne meilleure qu’anticipée en 2020. 67% des interrogés ont déclaré ne rencontrer aucun problème financier, et 29% d’entre eux estiment surmontables les difficultés rencontrées dans le cadre de la crise sanitaire.   

Des chiffres étroitement liés aux dispositifs de soutien dont ont pu bénéficier les entreprises durant cette période. Le PGE en tête, a mobilisé 56% des dirigeants d’ETI, qui sont 68% à avoir déclaré n’en avoir utilisé qu’une minorité, voire ne pas y avoir touché. Le remboursement est privilégié pour l’année 2021 par 30% des interrogés, contre 44% prévoyant d’amortir leur prêt sur plusieurs années.