La Commission européenne a, mercredi 22 juin, validé le plan de relance français. Avec ce feu vert, 39,4 milliards d’euros devraient être venir appuyer France Relance, dont une première salve de 5,1 milliards d’euros cet été.  

Doté de 100 milliards d’euros, le plan de relance français (France Relance) fait ses preuves depuis sa présentation le 3 septembre dernier. Construit autour de trois axes (écologie, compétitivité et cohésion), il sera financé à hauteur de 40% par l’Union Européenne, suite à la validation attendue de la Commission mercredi 22 juin.  

La transition écologique et énergétique, première bénéficiaire 

Parmi les conditions d’obtention du prêt européen, l’engagement pour les pays bénéficiaires de les allouer à la transition écologique et énergétique suivant un taux minimum de 37%. Pour la France, ce taux est monté à plus de 50%, avec près de 21 milliards d’euros déployés. La rénovation énergétique, les infrastructures et mobilités vertes, et les technologies vertes en sont les trois principaux axes privilégiés par la France, avec une distribution d’enveloppes respectives de 5,8, 6,5 et 5,1 milliards d’euros.  

En parallèle, un engagement d’investissement de 20% de la somme allouée dans la transition numérique était également imposé. Un taux dépassé de 5% par la France, qui réservera plus de 8 milliards d’euros à la numérisation des entreprises, écoles et administrations.