Création d’une nouvelle filière « Solution Industrie du Futur », augmentation des subventions, plateforme collaborative… Le gouvernement a récemment multiplié les initiatives en faveur de la modernisation technologique des entreprises du Coq Bleu.  

Robotique et cobotique, fabrication additiveréalité augmenté et virtuelle, IA… Les solutions technologiques sont aujourd’hui nombreuses pour les entreprises du Coq Bleu désireuses de se moderniser. Parce que ce désir se transforme peu à peu en impératif, l’Industrie du Futur est au cœur des enjeux de la relance économique, portée entre autres par des objectifs de croissance et de compétitivité.  

La crise et France Relance, moteurs de l’Industrie du Futur 

Parmi les 100 milliards d’euros déployés par France Relance, 40 millions étaient consacrés à l’Industrie du Futur pour l’année 2020. Ouvert du 27 octobre au 31 décembre, le guichet éponyme avait alors pour mission d’appuyer la trésorerie des PME et ETI industrielles dans le cadre de leurs dépenses dédiées aux équipements de modernisation tels que des robots, cobots, logiciels de conception ou de réalité virtuelle (entre 10 et 40% de subvention). Alors même que le plan prévoyait la reconduction du dispositif à hauteur de 140 millions d’euros en 2021 et de 100 millions d’euros en 2022, ce dernier s’est retrouvé victime de son succès.  

Au total, 7 300 dossiers ont été déposés, épuisant les 280 millions d’euros prévus pour les trois années à venir. Une bonne nouvelle pour l’industrie française, dont le berceau de dirigeants a prouvé ses ambitions et motivations en profitant des aides mises à leur disposition. Motivé par cet élan, le gouvernement a réouvert le guichet « Industrie du Futur » le 3 mai, en lui allouant une nouvelle enveloppe de 175 millions d’euros pour l’année 2021. Pour profiter de l’aide, désormais bloquée à 20% du coût de l’investissement envisagé, les PME et ETI industrielles ont jusqu’au 30 juin pour déposer leur demande de subvention 

Création de la filière « Solutions Industrie du Futur » : un nouveau cap franchi 

En parallèle de la mise à disposition de ces aides financières concrètes, une nouvelle étape a été franchie. Le 9 avril, le Conseil National de l’Industrie (CNI) a en effet labellisé une toute nouvelle filière industrielle, intitulée « Solutions Industrie du Futur ». Cette dernière a pour mission principale de structurer l’offre française de machines et solutions de production technologiques, et visera deux priorités : « renforcer l’impact de France Relance sur le tissu industriel français » et « créer une communauté visible », indique un communiqué. Portée officiellement par l’Alliance Industrie du Futur, cette 19ème filière s’appuie sur l’écosystème de l’AIF, qui regroupe actuellement 32 000 entreprises et compte 500 000 salariés. La part belle est donnée à la notion de collaboration inter-filière, l’initiative ayant pour spectre l’ensemble des « opportunités nouvelles exprimées par les filières de la demande (décarbonation du béton, de l’acier, du verre…, économie circulaire, personnalisation de masse, traçabilité des produits, nouveaux process industriels liés à la mobilité électrique ou à hydrogène, rénovation thermique des bâtiments…) ».  

Pour assoir la volonté du CNI de créer une communauté autour de cette nouvelle filière, le Contrat Stratégique prévoit la création d’une plateforme numérique collaborative (« hub ») destinée à créer des synergies entre les différents acteurs de l’Industrie du Futur. A l’image de la plateforme Tech In Fab créée par Bpifrance, les offreurs pourront y faire connaitre leurs solutions, et les industriels y déposer leurs besoins, dans un but à long terme de renforcement de l’intégration des nouvelles technologies dans les entreprises du Coq Bleu.