Lministère de l’Economie va déployer 1 milliard d’euros en plus pour la relocalisation dans le cadre du volet industrie de France Relance. 

Dans une interview accordée au Journal du Dimanche, Agnès Pannier-Runacher s’est arrêtée sur l’importance de réindustrialiser la France pendant et après la crise. La ministre déléguée à l’Industrie a profité de l’entretien pour annoncer qu’1 milliard d’euros supplémentaires seraient dégagés par le gouvernement pour encourager la relocalisation des entreprises françaises. « Les dispositifs que nous avons mis en place ont été dépassés par leur succès. Il n’est pas question d’interrompre une dynamique qui fonctionne. », explique-t-elle.  

La relocalisation portée par la motivation des industriels 

4 700 dossiers déposés, 1 000 projets retenus, 800 millions d’euros d’aides publiques déployés pour 4 milliards d’euros d’investissement au total : les industriels français, soutenus par France Relance, ont continué « à prendre des risques » malgré la crise, applaudit Agnès Pannier-Runacher. En permettant aux entrepreneurs du Coq Bleu de se transformer en améliorant leur outil de production et de gagner en compétitivitéle gouvernement a fait le pari de la réindustrialisation française, et continue aujourd’hui son « combat ».  

Au cœur de la stratégie de Bercy, les initiatives liées à la relocalisation constituent près de 40% des projets proposés par les industriels dans le cadre des dispositifs d’aides mis à leur disposition. « Malgré les incertitudes, les entreprises veulent produire en France », constate la ministre de l’Industrie, qui met également l’accent sur les bénéfices qu’auront ces investissements sur l’emploi à long terme. Outre les postes préservés grâce à ces aides, 10 000 emplois directs devraient être créés dans le cadre du dispositif « Territoires d’industrie ». Prochaine mission du gouvernement : augmenter la capacité à recruter des compétences industrielles, que la ministre qualifie de « grande difficulté ». Une ambition portée par la ministre du Travail Elisabeth Borne, mais qui pourrait également passer par une ouverture accrue aux investissements étrangers.  

Pour résumer la multiplication de ces soutiens gouvernementaux à destination des industriels, Agnès Pannier-Runacher parle de « contrat » : « Vous modernisez, vous innovez, vous décarbonez, vous localisez des productions en France ? Nous vous aidons ! ».