La ministre déléguée à l’Industrie Agnès Pannier-Runacher a annoncé le déploiement de 300 millions d’euros supplémentaires en soutien à l’augmentation des capacités de production industrielles françaises dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. 

L’Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) lancé le 18 juin 2020 pour augmenter les capacités industrielles françaises en produits de santé destinés à lutter contre la Covid-19 a eu du succès. Pour ne pas freiner cette mobilisation et répondre aux nouvelles attentes, la ministre déléguée à l’Industrie a ouvert la voie, lundi 8 février, au financement de projets complémentaires. Un nouvel AMI est ainsi ouvert, s’inscrivant dans la dynamique de production des traitements et vaccins contre la Covid-19 à court terme, et dans « la résilience et le renforcement de l’industrie française de santé » à moyen et long terme, précise un communiqué.  

Amplifier la réponse industrielle pour s’adapter aux évolutions thérapeutiques 

Clôturé fin 2020, le premier Appel à Manifestation d’Intérêt (financé par le Programme d’Investissements d’Avenir – PI4) a donné lieu à la sélection de 17 projets, pour un montant de subventions de plus de 160 millions d’euros. Face à la progression de la recherche et la mise en place de campagnes nationales de vaccination de la population, « les industriels doivent à présent être en mesure d’anticiper la demande croissante de production des traitements et vaccins contre la COVID-19 et ses variants». Augmenter la capacité de production des chaines de fabrication des vaccins et répondre aux besoins en consommables pour réaliser les techniques d’injections, tel est le dessein, entre autres, de ce nouvel AMI doté de 300 millions d’euros minimum par le PIA4. 

Parce qu’il s’inscrit dans un contexte européen de coordination des projets de lutte contre la Covid-19les entreprises françaises déposant un projet incluant une coopération avec un acteur européen de la santé (privé ou public) pourront bénéficier d’un taux de soutien bonifié de 15 points. « Le Président de la République l’a dit : il faut produire plus vite et plus fort. Suite au succès rencontré par l’appel à manifestation d’intérêt lancé dès juin 2020 qui nous a notamment permis de soutenir trois sites de production de vaccins, ainsi que des projets de recherche de traitements et de vaccins, nous renforçons notre effort de soutien à l’augmentation des capacités de production françaises en santé destinées à la lutte contre la pandémie de la COVID-19. », déclare Agnès Pannier-Runacher dans le communiqué.