Si la crise a touché le quotidien des industriels français, les chiffres d’une étude de l’observatoire Trendeo révèlent que le Coq Bleu a limité les dégâts.  

Le contexte est difficile, mais l’industrie française s’en sort mieux que prévu. « 2020 est la deuxième année la plus dure pour l’industrie depuis 2009, avec cependant un tiers seulement des pertes d’emplois de 2009 », explique aux Echos David Cousquer, dirigeant de Trendeo. Le constat est en demi-teinte, mais encourageant si l’on compare l’année écoulée à la récession mondiale de 2009.   

Des pertes d’emplois moins importantes 

Côté emploi, 14755 postes ont été supprimés dans l’industrie en France en 2020, alors même que le secteur enregistrait depuis plusieurs années une croissance nette du nombre d’embauches. Une conséquence importante de la crise de la Covid-19étroitement liée aux difficultés rencontrées par les filières automobile et aéronautiqueLa seconde est en tête des pertes : juste en 2020, le secteur de l’aéronautique vu disparaitre onze années de création d’emploisL’étude Trendeo précise néanmoins que ces suppressions de postes sont beaucoup moins importantes que celles enregistrées en 2009orientant les raisons vers les fonds de solidarité et les aides à l’investissement mis en œuvre par l’Etat. 

Les créations d’usines limitées, la relocalisation boostée 

Autre critère passé au crible par l’observatoire, le nombre de créations d’usines est en léger reculEn parallèle, la France a perdu 22 usines contre 12 en 2019, ce qui amène le nombre global à 550 depuis 2009. « Il y a de plus en plus d’extensions d’usines existantes, et de moins en moins de création de nouveaux sites, comme s’il y avait un problème de foncier. C’est un problème de fond, puisqu’agrandir une usine existante coûte plus cher que d’en créer une nouvelle », analyse David Cousquer. 

Dernière note positive et en phase avec les enjeux industriels mis en lumière par le contextele nombrde relocalisations a dépassé celui des délocalisations. Une bonne nouvelle largement portée par les dispositifs mis en place par France Relance et le déplafonnement temporaire des aides directes arrêté pour faire face à la crise. Délocalisations en recul, Made in France en avant !