« Énergie d’avenir de la France » : c’est ainsi que le gouvernement, à travers son Plan de relance, a propulsé l’hydrogène vert au rang des fers de lance de la transition énergétique. Un choix salué par Air Liquide, leader français de la production d’hydrogène.  

Un bond en avant. Pour Pierre-Etienne Franc, directeur de l’activité Hydrogène monde d’Air Liquide : « La création d’une filière hydrogène en France sera profondément créatrice de valeur pour le pays, notamment en termes d’emplois, de croissance neutre en carbone et de développement technologique dans les territoires »Une filière d’autant plus bienvenue qu’elle s’inscrit dans une tendance historique pour le secteur des énergies renouvelables dont elle se nourritEn effet Selon un rapport publié par le centre d’analyse et de réflexion sur le climat et l’énergie Ember, la part des énergies renouvelables en 2020 a dépassé celle des énergies fossiles dans la production électrique. Une bonne nouvelle aussi bien liée à une production éolienne et solaire croissante qu’aux mesures de confinement, et une nouvelle impulsion pour l’hydrogène vert.  

Désormais dotée d’un plan annoncé de 7 milliards d’euros d’ici 2030, la filière a pour mission de mener à bien le développement du secteur sur l’ensemble de sa chaîne de valeur. Les objectifs : déployer 6,5 GW par électrolyse, permettre d’éviter le rejet de quelque 6 millions de tonnes de CO2 et créer entre 50 000 et 150 000 emplois directs et indirects. Un défi de taille que l’écosystème semble être en passe de relever. « L’Hexagone est particulièrement bien représenté par ses nombreuses entreprises, leaders dans le domaine de l’hydrogène et dans leur propre secteur d’activité », explique le directeur.  

Une collaboration entre industriels et startups pour maximiser les efforts d’innovation  

Mais les ambitions hydrogène de la France dépassent les frontières de l’Hexagone. Air Liquide – seul acteur français à opérer des unités de production d’hydrogène renouvelable et bas carbone à grande échelle, en France comme à l’étranger – a d’ailleurs déjà permis au pays de se faire une place sur le devant de la scène mondiale. Le Groupe est sur le point d’inaugurer au Québec le site de Bécancour, plus grande unité d’électrolyse à membrane du monde. Cet électrolyseur unique conçu par Hydrogenics, une startup récemment acquise par Cummins (et toujours détenue à 18,6% par Air Liquide), produira 8,2 tonnes d’hydrogène d’origine renouvelable pour fournir en énergie les marchés de l’industrie et de la mobilité du Canada et du nord-est des États-Unis. 

Un exemple parmi d’autres du pouvoir de la collaboration entre industriels et startups pour maximiser l’impact de l’innovation sur le marché de l’hydrogène vert. « Un fort degré de coopération entre l’ensemble des parties prenantes est indispensable. Les compétences et la complémentarité des acteurs permettront d’assurer la fiabilité et la résilience du système dans son ensemble », conclut Pierre-Etienne Franc.  

Avec à ce jour près de 230 acteurs, dont 37 grands groupes et 110 PME-PMI, le secteur de l’hydrogène a en effet toutes les cartes en main pour entreprendre ce chantier d’envergure. Quelques exemples probants :  

  • En Vendée, le parc éolien de Bouin s’apprête à devenir pionnier dans la production d’hydrogène vert en quantité industrielle, à partir d’eau de mer. Grâce à la startup Lhyfe, ce sont quelque 300 kg d’H2 qui seront produits quotidiennement puis distribués dans les stations-service équipées.  
  • Tandis que le fret maritime attend beaucoup de l’hydrogène vert, Chloé Zaied vise les plaisanciers : cette entrepreneuse de 29 ans a achevé la construction de l’Hynova 40, le premier « tender boat » fonctionnant à l’H2 issu d’énergie renouvelable.  
  • Dans la Drôme, la startup Ergosup, fondée en 2012, est à l’origine d’un procédé innovant de production directe d’hydrogène décarboné par électrolyse à très haute pression. Elle propose des bornes décentralisées dont la capacité peut être adaptée à des groupes électrogènes-H2 de secours ou des stations de recharge pour vélos hydrogènes.