Spécialiste de la chaine du froid œuvrant pour l’industrie pharmaceutique, Sofrigam a obtenu la qualification lui permettant de mettre ses emballages réfrigérés au service du vaccin contre la Covid-19. Une bonne nouvelle pour la PME française, prête à répondre aux premières commandes.  

Si les laboratoires pharmaceutiques fabriquant les vaccins sont en première ligne face à la crise sanitaire, un autre maillon de la supply chain s’avère capital et stratégique pour la distribution des doses : celui du conditionnement. Grâce au travail effectué dans son centre de production de Monchy-le-Preux (Hauts-de-France), Sofrigam est aujourd’hui dans la course pour s’occuper des solutions d’emballages du vaccin, notamment celui élaboré par Pfizer. Lancé il y a plus de deux mois, l’appel d’offres imposait aux candidats un cahier des charges complexe et une rapidité d’exécution inhabituelle, que le centre industriel a su suivre sans difficultés.

S’adapter et innover en temps record en pleine crise sanitaire

« On a toujours fait du sur-mesure et du prêt-à-porter adaptable. La spécificité principale avec le vaccin contre la Covid-19, c’est qu’il a fallu garantir le maintien de la température de -70°C sur cinq jours ». Et Gilles Labranque, président de Sofrigam, l’affirme : « La vraie difficulté, c’est qu’il a fallu aller très vite ». Aller très vite, dans un secteur où chacune des étapes doit être validée et qualifiée. Sur ce dossier urgent, l’accélération de la cadence est notoire : en quinze jours, l’usine monchyssoise a fourni un travail qui lui demande, habituellement, cinq à six semaines de conception et production.

Une prouesse rendue possible grâce à la mobilisation des équipes présentes sur place, mais également à la délégation d’une partie du cahier des charges à un tiers. Un laboratoire extérieur spécialisé dans la résistance mécanique s’est attelé à une partie de l’emballage non maitrisée par Sofrigam, qui a intégré, grâce à cette mission express, ce nouveau savoir-faire à ses compétences internes. « On s’est enrichi en traitant ce dossier ». Côté vérification des normes Afnor officielles, le groupe possède un laboratoire de métrologie (Ater Métrologie) qui a réalisé les tests et la qualification des emballages. Ainsi, malgré un cahier des charges compliqué et un timing serré, Sofrigam a su se démarquer. « Notre activité majoritaire a toujours été de concevoir et de fabriquer des emballages pour les vaccins, nous sommes donc plutôt à l’aise avec la demande liée à la crise sanitaire. Plus encore, nous innovons depuis toujours pour répondre aux nouvelles problématiques».

De l’innovation Made in France

Dans les deux filiales (Sofrigam et Coldway Technologies) du groupe, la R&D est au cœur de la stratégie. L’entreprise, qui emploie 90 personnes (75 en France, 15 aux Etats-Unis), consacre près de 25% de ses postes tricolores à la « matière grise ». « Travailler pour le secteur pharmaceutique nous demande de nous améliorer continuellement. Il faut toujours plus d’ergonomie, plus de stabilité au niveau des températures, et aujourd’hui, imaginer des solutions plus respectueuses de l’environnement ». Entre autres. Pour répondre à toutes ces exigences, le Made in France est une force. « Nous fabriquons des produits techniques que l’on maîtrise parce que nous sommes entourés de gens expérimentés, ancrés dans un territoire industriel fort ». Les produits tricolores Sofrigam font le succès de l’entreprise à l’étranger, qui enregistre un taux d’exportation moyen de 85%.

Malgré la crise et la limitation des déplacements, la PME est de celles qui n’ont pas souffert. Une bonne nouvelle résultant notamment de son lien avec le secteur pharmaceutique. Côté croissance, en participant à la logistique du vaccin contre la Covid-19, Sofrigam pourrait, avec des volumes de commandes conséquents, voir son chiffre d’affaires augmenter de 20 à 25%. Des embauches pourraient également être envisagées. En parallèle de ses activités d’emballages de santé, le groupe cherche également à faire évoluer les activités de son centre industriel de Perpignan. La filiale Coldway Technologies (rachetée en 2018), a développé une technologie de réfrigération autonome et respectueuse de l’environnement à destination des marchés du dernier kilomètre dans la santé et l’agroalimentaire, qui élargit l’offre de Sofrigam. « Si Coldway Technologies représente le froid autonome du 21ème siècle, on reste toutefois sur de l’industrie plus classique : on soude, on découpe, on travaille l’inox, on manipule des substances chimiques… ». Au cœur de cette activité, une stratégie environnementale et un gros programme de RSE. Ici encore le Made in France et les enjeux de l’Industrie du Futur font briller le groupe, qui travaille à la multiplication de ses commandes publiques. French Fabeuses, French Fabeurs, l’appel est lancé !