La pépite montpelliéraine, spécialisée dans les systèmes de pesage professionnel, mise sur une nouvelle offre de produits et de services pour préparer le rebond. [FABuleuses Régions]

Etienne Léa ne le cache pas : l’activité de son entreprise, spécialisée dans le développement et la fabrication de systèmes de pesage professionnel, n’a pas été épargnée par la crise liée au Covid-19. De fait, nombre de ses clients, notamment ceux dans l’automobile et l’aéronautique, ont reporté, voire pour certains annulé, les projets qu’ils avaient avec la PME. Et si la production de Captels n’a tourné qu’à 15 % des effectifs pendant le confinement, la R&D - dans laquelle cette société de 29 collaborateurs investit massivement (plus de 12 % de ses revenus chaque année) -, a pu continuer de plancher sur de nouveaux produits. Initialement prévus pour juin, ceux-ci devraient finalement voir le jour à partir de janvier prochain. « Il faut se mettre en ordre de marche pour 2021 et préparer le rebond », insiste en effet Étienne Léa, PDG de l’entreprise qu’il a reprise en 2009.

Un savoir-faire et une fabrication française 

La pépite industrielle, née dans les années 80, conçoit et fabrique sur son site à Saint-Mathieu-de-Tréviers, à côté de Montpellier, l’ensemble des éléments qui composent ses systèmes de pesage statiques et dynamiques (le véhicule est pesé en roulant) – pèse roues, pèse essieux, cartes électroniques, capteurs, logiciels, algorithmes - destinés aux industriels de l’automobile,  l’aéronautique, l’agricole ou encore de la logistique et du contrôle. Un savoir-faire qui réunit les compétences de 29 collaborateurs et qui va donc prochainement s’enrichir d’une nouvelle palette de solutions pour séduire, à moyen terme, de nouveaux clients. La nouveauté ? « Ces nouveaux produits et services qui y sont associés apporteront un grand nombre de fonctionnalités ainsi qu’une facilité de traitement et de transfert de l’information. L’évolution réside notamment dans l’expérience usager, qui sera plus simple », confie Étienne Léa.

50 % du C.A. à l’export 

Captels devrait tester sa nouvelle offre d’abord en France et en Europe, en attendant que l’export, qui compte pour environ 50 % de ses revenus (C.A. global 2019 : 2,7 millions d’euros), décolle à nouveau. Il faut dire que pour faire des affaires en Afrique, l’un des principaux marchés de la pépite aux côtés de celui de l’Amérique latine, le contact humain est clé. Or, cet aspect s’avère parfois moins évident à réaliser par visioconférence que par des déplacements physiques, rendus plus compliqués ces derniers temps… Captant des « signaux » positifs auprès de certains de ses clients et prospects, le dirigeant de la PME montpelliéraine se veut néanmoins optimiste pour l’année à venir. Armé bientôt de nouveaux produits, Étienne Léa compte fermement être au rendez-vous de la reprise et au service de ses clients. Il caresse d’ailleurs un autre espoir : celui de voir désormais davantage de relocalisations dans l’Hexagone, pour redorer le blason de l’industrie et la faire fleurir dans les territoires de notre pays.