Initié par l’UIMM, un grand job dating aura lieu jeudi 8 octobre à Brest en partenariat avec la French Fab. L’occasion pour les 50 entreprises présentes de s’exposer avec près de 700 offres d’emplois à pourvoir, dont 80% en CDI.

« Si les entreprises se sont montrées agiles en temps de crise pour recruter via l’utilisation d’outils numériques, rien ne remplace le contact direct ». Créer du lien entre la future main d’œuvre et les industriels pour aboutir à l’emploi, tel est le souhait de René Talarmin, secrétaire général de l’Union des industries et métiers de la métallurgie du Finistère.

Favoriser le recrutement des PME et TPE

Pour accompagner les industriels à la sortie de la crise et favoriser le recrutement, l’UIMM compte, entre autres, sur ses jobs dating. Le prochain aura lieu jeudi 8 octobre à Brest, aux Ateliers des Capucins, de 15h à 20h, et sera « l’occasion pour les PME et TPE qui n’ont pas la force de frappe des grands groupes d’échanger à leurs côtés et de créer des synergies », explique René Talarmin.

Si le secrétaire général de l’UIMM Finistère conçoit que l’industrie traditionnelle souffre d’une image usée, il ne faut pas oublier que de nombreuses PMEs industrielles, partout en France, cherchent à recruter sur des nouveaux postes, très attrayants pour les jeunes. Il se montre notamment optimiste quant au recrutement dans sa région. « En 10 ans, dans le Finistère, nous avons créé beaucoup plus d’emplois que nous n’en avons supprimés. En ce qui concerne la métallurgie, on n’a jamais eu autant de salariés. ».

Une belle promotion pour le VTE

Si le job dating du 8 octobre concernera tout type de postes, du CDI, au CDD, en passant par les contrats d’alternance, le Volontariat Territorial en Entreprise y aura également sa place. Initié par le ministère de l’Economie et des Finances en 2018, porté par Bpifrance depuis 2019, ce programme permet aux PME et ETI de recruter de jeunes talents au sein d’entreprises nationales, sur des missions à fortes responsabilités. En cette période de crises sanitaire et économique, l'étude et l'application des mesures du plan de relance pourraient par exemple constituer une mission à part entière.

Côté UIMM, « l’objectif, c’est que 50% des adhérents de l’UIMM Finistère aient un VTE. Aujourd’hui, on approche d’une quarantaine de chartes signées, et nous en aurons mis en place une centaine sur 180 entreprises d’ici la fin du mois », révèle René Talarmin. Définitivement, l’industrie recrute !