Grâce à ses filiales à l’étranger, Axon’Cable a pu instaurer les gestes barrières avant le confinement et ainsi continuer à faire tourner ses ateliers. Grâce à ses mesures, l’entreprise a pu aussi réorienter sa production. À travers le regard décalé des photographes d’Ooshot, rencontrez ses employés qui ont su faire face à une situation inédite.

Dans l’atelier d’Axon’Cable, il règne un esprit de solidarité. Pendant le confinement, les salariés n’ont pas hésité à donner de leur temps pour produire des masques grâce aux imprimantes 3D. L’entreprise spécialisée dans les câbles et l'inter-connectique de pointe s’est servie de son expertise pour convertir une partie de sa production et répondre aux besoins du secteur de la santé.

La solidarité dans l'atelier

Axon'Cable
Joseph Puzo a ouvert la porte à de nouvelles activités

Face à une baisse de commande de la part de certains secteurs comme l’aéronautique et l’automobile, « les équipes ont pris beaucoup d’initiatives pour innover », se réjouit Joseph Puzo, PDG d’Axon’Cable. D’abord en faisant preuve de générosité en offrant 1 000 masques FFP2, des surchaussures, des charlottes et des blouses aux médecins de Montmirail. Mais aussi en réorientant l’usage des imprimantes 3D pour produire des visières de protection et les distribuer dans des Ehpad et des associations. « La direction nous a soutenus dans ce projet et nous avons continué à en produire », précise Emmanuel Bottin, employé au service maintenance au laboratoire imprimante 3D – Usine 4.0.

axon'cable
Des projets à ne plus savoir où donner de la tête

Si certains secteurs ont décalé leurs commandes faute d’activité, d’autres, comme le secteur médical, ont vu leurs besoins augmenter pour faire face à la crise sanitaire. « Nous fabriquons depuis dix ans un petit volume de câbles et connecteurs miniatures composant les valves d'arrivée d'air des respirateurs, dans notre secteur dédié au médical. Nous avons basculé plusieurs ateliers pour produire plus et plus vite, pour Air Liquide, Airbus, et de nombreux fabricants dans le monde », déclare Joseph Puzo.

axon'cable
Porter un masque lorsque les distances ne sont pas respectées

Si Axon’Cable a su s’adapter rapidement à la crise sanitaire, c’est parce que l’entreprise s’est inspirée de ses filiales à l’étranger, et en particulier en Asie. « Nous avons vu les mesures barrières au salon Aerospace en février à Singapour où nous exposions. Nous les avons mises en place la semaine suivante dans nos filiales françaises », indique le président. Ce qui a très vite rassuré les équipes. « Les différents dispositifs mis en place par la direction nous ont permis de vivre plus sereinement », souligne Stéphanie Boutault, chargée de production.

axon'cable
Permis de sauver

Axon’Cable continue de se réinventer et d’innover. L’entreprise a récemment ouvert un nouvel atelier qui accueillera une ligne de production de câbles de grande longueur. Cette nouvelle usine permettra d’embaucher une cinquantaine de salariés. En ce qui concerne la lutte contre le coronavirus, Axon’Cable planche sur des projets de recherche et développement comme des masques réutilisables à l'infini à base de téflon.