Les neuvièmes Trophées des Femmes de l’Industrie, organisés par L’Usine Nouvelle, ont récompensé mardi 22 septembre 11 nouvelles lauréates. Deux entreprises membres de la French Fab sont représentées.

La place des femmes dans l’industrie grandit lentement mais sûrement. Dans un édito publié par le Ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance en juillet dernier, Agnès Pannier-Runacher regrettait la lenteur des résultats de la mise en place des réglementations relatives à la mixité en entreprise. La ministre déléguée à l’Industrie rappelait alors que les femmes représentaient moins d’un tiers des effectifs du secteur, dont une présence de seulement 15% en comité exécutif. Des chiffres stagnant depuis 10 ans, qui ont poussé le Conseil National de l’Industrie à créer, le 5 mars 2019, un Conseil de la Mixité et de l’Egalité professionnelle.

En plus de la législation, changer la perception de l’industrie fait partie des clés qui permettront au secteur de s’ouvrir aux femmes, en les impliquant, mais également en les attirant pour régler le double problème d’offre et de demande. Les 11 lauréates mises en avant par les Trophées des Femmes de l’Industrie participent à cette révolution culturelle.

Trois French Fabbeuses récompensées

Muriel Lenglin, directrice du programme de sous-marins nucléaires SNLE chez Naval Group, est nommée « Femme de l’Industrie 2020 » toutes catégories confondues. Entrée dans l’entreprise il y a presque 5 ans, cette diplômée de l’Ecole polytechnique et de l’Ensta Paris a commencé sa carrière dans l’architecture navale avant de prendre la tête de « l’un des programmes d’armement les plus importants du pays qui vise à équiper la marine française de sous-marins nucléaires de prochaine génération », peut-on lire sur l’Usine Nouvelle.

Toujours chez Naval Group, Claire Ferchaud a été récompensée dans la catégorie « Femmes de production ». Responsable de l’atelier coque du site de Lorient, l’ingénieure a toujours travaillé pour le groupe industriel français, et pilote aujourd’hui une équipe de 100 personnes en charge de la production des navires de la Marine Nationale.

Hélène Wehbe-Alause, directrice R&D technologique chez STMicroelectronics, est quant à elle désignée « Femme de R&D 2020 ». Diplômée de Supelec, elle s’est orientée très tôt dans la recherche industrielle et a intégré l’entreprise en 2000. L’occasion pour elle de voir plus grand et d’être promue dès 2019 directrice de la R&D technologique de STMicroelectronics, après avoir notamment permis à l’entreprise de faire d’Apple l’un de ses plus gros clients.

8 autres lauréates ont été récompensées pour leur action dans le secteur

  • Bénédicte Ganivet, directrice de l'usine Alstom de Petit-Quevilly, Femme de production 2020
  • Laurence Broseta, PDG d'Antargaz, Femme de projets 2020
  • Cécile Prévieu, directrice générale de Storengy, Femme d'innovation 2020
  • Leila Noussair, directrice de la filiale marocaine d’Isolvar, Femme au début prometteur 2020
  • Marine Rabeyrin, responsable du développement commercial des grands comptes EMEA de Lenovo, Femme commerciale 2020
  • Cécile Cabanis, directrice générale finances, technologie & data, cycles et achats de Danone, Femme du développement durable 2020
  • Judith Moog, fondatrice de Bio Planète, Femme entrepreneure 2020
  • Delphine De Andria, vice-présidente, directrice des programmes Afrique, Moyen-Orient, Inde, Pacifique chez Renault, Femme internationale 2020