Les résultats des enquêtes IHS Market, menées auprès des directeurs d’achat du secteur manufacturier en Europe, indiquent qu’au vu des contraintes liées au contexte actuel, la France s’en est mieux sortie que prévu durant le mois d’août 

Si l’écart est léger, la nouvelle est bonne. Après étude des données recueillies auprès d’un panel de 400 entreprises françaises, l’indice PMI des directeurs d’achats a atteint 49,8 en août, contre une estimation provisoire évaluée à 49 le 21 août dernier. Une valeur qui, si elle indique que le secteur manufacturier hexagonal s’en est mieux sorti que prévu, affiche un chiffre plus bas que l’indice calculé le mois précédent.  

Meilleur que les estimations, plus bas qu’en juillet 

En juillet en effet, l’indice était remonté à 52,4, traduisant une expansion de l’activité. Cette contraction de l’industrie manufacturière en août s’explique, selon l’organisme, par un « ralentissement marqué de la croissance de la production », et ce plus particulièrement dans le secteur des biens intermédiaires.  

Le volume global de nouvelles commandes a quant à lui légèrement augmenté après avoir stagné en juillet. Eliot Kerr, économiste à IHS Markitnote néanmoins que cette progression, très faible, reflète « la réticence des clients à engager de nouvelles dépenses ». Si les résultats sont ainsi en demi-teinte pour le secteur manufacturier, le bémol relatif au ralentissement de la croissance de production durant le mois d’août est qualifié de « marginal » par IHS Markit. 

A lire aussi : les enveloppes d'augmentations salariales maintenues dans l'industrie malgré la crise