Déjà bien engagée avant la crise de la Covid-19, la transformation numérique pourrait connaître un sursaut d’intérêt suite aux difficultés rencontrées durant le confinement. Télétravail, maintien de la communication interne, conservation du lien avec les clients, les besoins se sont imposés aux entreprises, qui n’avancent néanmoins pas toutes à la même vitesse.

« Le numérique va s’accélérer c’est une certitude, mais il va falloir responsabiliser les gens dans leur méthode de travail et dans l’utilisation des outils. ». Pour Guillaume Anelli, Directeur Transformation Numérique chez Visiativ (créateur de plateformes numériques pour la transformation des entreprises), l’accélération de la transformation digitale des entreprises suite à la crise sanitaire est une réalité, mais le chemin est encore long.

Pour le gouvernement, l’enjeu dépasse le cadre du bon fonctionnement interne des entreprises et s’entend comme un « enjeu majeur pour assurer la compétitivité de l’économie ». C’est ce qu’on peut lire dans le communiqué de presse dédié à la « mission numérique des grands groupes » lancée le 5 août, destinée à « faire émerger des projets communs et concrets, qui bénéficieront à l’ensemble du tissu économique français, avec l’ambition de le faire accéder à un nouveau palier de transformation numérique, dont la crise a révélé l’urgente nécessité. ». Urgence, le mot est lâché, mais sa portée peine à s’étendre.

Le grand écart des PME françaises

« Les entreprises qui n’ont pas fait le pas vont être les plus difficiles à convaincre. Elles pensent, certes, que le numérique est important, mais pas tant que ça. A l’inverse, nous avons fait des études qui montrent que les entreprises qui avaient déjà entamé leur transformation l’accélèrent aujourd’hui, voire même la poussent à l’extrême pour aller chercher des sujets numériques d’excellence. », explique Guillaume Anelli. Un décalage qui s’explique notamment par une mécompréhension du sujet par certains dirigeants, alors même que la Covid-19 et ses conséquences ont démontré les failles d’une stratégie dans laquelle le numérique n’intervient pas. Le problème est d’autant plus important que le coronavirus a imposé de nouvelles habitudes, qui ne s’arrêteront pas une fois la crise passée. En tête, l’instauration du télétravail : « Le télétravail ne va peut-être pas s’industrialiser, mais il va se ritualiser. On va naturellement devoir sensibiliser le collaborateur aux bonnes méthodes : s’il n’a pas tout de suite accès à la donnée de l’entreprise, comme c’est le cas lorsqu’il est présent dans les locaux, ça ne va pas fonctionner ».

Au-delà de l’aspect pratique de la transformation numérique, il est aussi question de culture. En conséquence, l’écart se creuse : « Il y a deux mouvements qui sont en train de s’opposer, constate l’expert. Il y a celui de la jeune génération, des digital natives, qui ne se posent même pas la question de savoir si le numérique est indispensable ou non. Pour eux, c’est évident. Dans le même temps, il y a les anciennes générations, qui ont la connaissance du métier, du savoir-faire et des process, mais qui n’ont pas les bons réflexes digitaux. ». Comment alors sensibiliser les retardataires aux enjeux du digital ? Pour Guillaume Anelli, la preuve pourrait tout d’abord se faire par l’exemple, en « montrant à ces entreprises ce qui se passe ailleurs », mais aussi et surtout en usant de pédagogie. Qui dit transformation numérique dit investissements, ce qui, en période de crise économique, peut éveiller les réticences. Aux professionnels d’expliquer en quoi les initiatives prises aujourd’hui seront bénéfiques demain.

Intégrer la transformation numérique à la stratégie globale

La transformation numérique n’est pas qu’une solution d’urgence pour pallier les difficultés liées à la crise sanitaire, elle est un investissement pour le futur. Un engagement financier important, oui, mais qu’il faut imaginer « comme l’achat d’une machine, et ainsi d’un outil de productivité ». Guillaume Anelli insiste sur le fait que ces investissements doivent faire partie intégrante de la stratégie d’une entreprise, et non s’envisager comme des actions annexes : « Il ne s’agit pas juste de mettre en place des outils de messagerie ou de communication, il faut penser plus global. ». Dans l’effet « boule de neige » et nécessité de penser en écosystème, l’expert prend pour exemple la cybersécurité, qui a dévoilé ses failles pendant le confinement. « Investir dans de nouveaux outils, c’est ouvrir les systèmes d’information. On a pu constater un nombre accru de cas de cyber criminalité dans les petites structures, ce qui n’était pas le cas auparavant. Il faut donc vraiment sensibiliser les dirigeants de PME industrielles en amont de la prise d’initiatives ».

Tout est question ici de méthodologie. Pour que la transformation digitale des entreprises soit un succès, « il faut écrire les procédures, aligner la stratégie globale en amont de l’achat d’outils et voir cette transition comme un moyen d’accélérer les bonnes méthodes de travail ». Cette vision inversée des choses, qui consiste à penser achat d’outils avant stratégie globale, est aussi propre à la France, qui, si elle n’est pas la plus en retard à transiter en Europe et dans le monde, n’est pas non plus la plus en avance. Guillaume Anelli admet néanmoins que les entreprises françaises ayant développé leur stratégie digitale en amont de la Covid-19 « sont bien équipées » et surtout, il salue les entrepreneurs hexagonaux dont la plupart a « vraiment envie d’y aller ». Reste à adopter le combo gagnant : prise de conscience des enjeux, accompagnement, méthodologie et vision sur le long terme.