Déjà acquise à la cause du Made in France, la pépite francilienne Scallog réaffirme cet été son ambition de « concevoir et de produire une robotique logistique 100% française ». [What's Up French Fab]

Crise sanitaire oblige, la question de la souveraineté hexagonale est remontée en haut du tableau des priorités. Face à ces nouveaux enjeux, pour le moins déjà bien intégrés dans sa stratégie, le spécialiste de la robotique logistique Scallog a réaffirmé sa volonté de concevoir et produire 100% français. Un moyen pour l’entreprise créée en 2013 de « maîtriser « de bout en bout » sa chaîne de valeur pour relever les défis de productivité, d’agilité et de résilience de la supply chain de ses clients, français et internationaux », peut-on lire sur son site.

Suivant cette ligne de conduite, et profitant d’un secteur en forte croissance, Scallog a annoncé le 20 août l’extension de son unité de production. Les locaux situés à Nanterre affichent ainsi aujourd’hui une superficie de 2 000m², l’agrandissement étant destiné à « accélérer l’industrialisation et la commercialisation de ses robots mobiles ».

De nouveaux talents pour accélérer l’innovation

En parallèle, désireuse de concevoir des solutions robotiques toujours plus innovantes, la pépite a dévoilé sa volonté d’étoffer son équipe R&D d’une dizaine de collaborateurs. Ainsi, l’entreprise dont « Plus de 80% des collaborateurs […] sont dédiés à l’innovation […], prévoit de se doter de nouveaux profils technologiques et métiers, essentiellement des ingénieurs ».

Production Made in France, volonté d’accélérer l’innovation en misant sur les nouveaux talents, un combo efficace d’après Olivier Rochet, CEO et fondateur de l’entreprise : « Notre volonté d’une R&D et d’une production françaises, tout en nous appuyant sur des  circuits courts d’approvisionnement, font aujourd’hui notre différence, sur un marché de la robotique logistique boosté par les nouvelles priorités des logisticiens comme la proximité client, l’omnicanalité et l’automatisation des process. Ils aspirent à des robots véritablement pensés et conçus pour leur logistique, gages d’agilité et de résilience face aux crises, ce qui exige une écoute des besoins, une souplesse, une forte réactivité et une maîtrise de la localisation des données logistiques, incompatibles avec une conception et une production au bout du monde ».