Nicolas Jeuffrain, Président du producteur indépendant d’énergies renouvelables Tenergie, entend bien faire bouger les lignes du secteur à la suite de la crise sanitaire.

Si la crise de la Covid-19 a eu un impact sur les activités de développement et de construction de Tenergie, la production d’énergie solaire et éolienne, elle, ne connait pas la crise. Le soleil et le vent ont continué de travailler pendant le confinement, à l’instar de Nicolas Jeuffrain qui entend bien devenir un acteur fort de la Transition Energétique et Ecologique (TEE).

Les énergies renouvelables, socle de l’indépendance énergétique des territoires

Le secteur des énergies renouvelables pourrait-il transformer la crise en opportunité ? D’après Nicolas Jeuffrain, la Covid-19 est susceptible d’accélérer au moins une chose : la prise de conscience. « Être confronté à cette crise sanitaire de manière aussi instantanée, aussi brutale, nous rappelle qu’on est vulnérables et que la planète traverse des étapes de plus en plus impactantes », constate ainsi le président de Tenergie, qui souhaite que chacun tire les enseignements nécessaires de cette période sombre pour faire avancer la transition énergétique. Si le secteur a été, non pas épargné, mais résistant à la « pause » imposée mondialement du fait de la pandémie, c’est qu’il implique une notion capitale dans le contexte actuel : l’indépendance.

« On a redécouvert la nécessité d’assurer une sorte de souveraineté et d’indépendance. Sur ce sujet, le renouvelable est une excellente solution : par définition l’énergie renouvelable est produite localement, au plus près des territoires auxquels elle donne la possibilité d’obtenir leur indépendance énergétique. ». Elle a de plus réaffirmé son autonomie pratique pendant le confinement, ne nécessitant quasiment aucune main d’œuvre in situ dans le cadre de sa production solaire et éolienne. Les arguments sont ainsi nombreux, au même titre que les ambitions de Tenergie qui œuvre pour son secteur d’activité en s’engageant naturellement dans le combat plus global lié au climat et à la décarbonation.

Les acteurs indépendants appelés à émerger

Un combat dont on aurait pu s’inquiéter qu’il passe au second plan, doublé par les crises sanitaire et économique, mais qui semble tout de même conserver sa place dans la chaîne des priorités. « Le sujet est prégnant dans les discours politiques européens et mondiaux, la mise en place du green deal est en cours, les opérateurs en énergies renouvelables côtés en bourse n’ont jamais enregistré d’aussi belles performances… Tout encourage une relance économique passant par des investissements liés à la croissance verte ».

De son côté, Nicolas Jeuffrain compte sur l’émergence de forts acteurs indépendants pour faire bouger les lignes. Selon lui, laisser la main aux énergéticiens traditionnels, « contingentés par des problèmes de business plan historiques » n’est pas une solution. « A l’instar d’un Tesla, pure player de la mobilité électrique, qui a fait évoluer le secteur automobile, nous pensons que le monde de l’énergie doit évoluer avec des pure players en énergies renouvelables indépendants. ». Tel est le cas de Tenergie, qui a annoncé le 28 juillet avoir accéléré son développement avec une augmentation de 112% de son chiffre d’affaires en vente d’électricité par rapport à 2018, soit 201,9 millions d’euros atteints à la fin 2019. « Pour peser dans le débat global, il faut croitre, devenir un acteur incontournable. » Une mission que continue d’honorer l’entreprise provençale malgré la crise, portée, entre autres initiatives, par un plan d’investissement de 2 milliards d’euros et l’acquisition de 43 nouvelles centrales dans le Sud-Ouest en début d’année.