Le cabinet de conseil préconise de relocaliser la production de 58 produits, dont l’importation a coûté 115 milliards d’euros en 2018. Deux priorités : les médicaments et les composants électroniques.

Relocaliser la production industrielle en France. La question n’est pas nouvelle mais la crise sanitaire lui offre les gros titres. En témoigne la dernière étude de PwC, en partenariat avec le Conseil national des achats. Le cabinet de conseil identifie 113 catégories de produits « sensibles », dont la relocalisation présente un fort potentiel commercial. Parmi elles, 58 catégories de produits sont jugées « prioritaires et propices » à une relocalisation prochaine.  

En termes de balance commerciale, l’enjeu n’est pas négligeable. Les 4 secteurs stratégiques mis en avant par PwC (la santé et l’industrie pharmaceutique, l’agroalimentaire, l’électronique, les industries de process et d’assemblage) représentent 70 % du volume annuel des importations en France. Le montant des importations des 58 produits listés a atteint 115 milliards d’euros en 2018. L’étude estime qu’un retour de leur production en France permettrait la création de 75 000 nouveaux emplois directs, et jusqu’à 20 000 emplois indirects.  

Sécuriser les approvisionnements en médicaments et composants électroniques

En matière de santé, premier secteur stratégique, les médicaments utilisés en immunologie, en anesthésie et en cancérologie font partie des productions prioritaires pour une relocalisation. Les machines servant à réaliser les tests PCR de dépistage du Covid-19 complètent la liste. Dans le secteur de l’électronique, les batteries lithium-ion et leurs composants présentent le potentiel de relocalisation le plus élevé. Ces batteries sont essentielles pour fabriquer les véhicules électriques au cœur du plan de relance de la filière automobile française. 

La relocalisation pourra prendre plusieurs formes. En plus de réimplanter dans l’Hexagone les industries délocalisées, PwC recommande d’ancrer certaines innovations sur le territoire, par le développement de nouvelles capacités de production. 20 des 58 produits de la liste, tels que les robots chirurgiens ou les outils d’impression 3D métallique sont concernés, par cette approche. « La meilleure relocalisation est d’abord de ne pas délocaliser une production », rappelle Olivier Lluansi, expert des filières industrielles chez PwC.