Grâce au regard décalé des photographes d'Ooshot, partez à la rencontre de ces employés et dirigeants d’ateliers industriels français, qui ont contribué au bon fonctionnement de la machine pendant le confinement, avec le sourire. Aujourd'hui, entrez dans les coulisses d'ats.

« Fier». C’est le sentiment que partage Rodolphe Roy, PDG d’ats, lorsqu’il évoque son équipe. Pendant les deux mois de confinement, l’entreprise spécialisée dans la confection de machines destinées aux usines a dû adapter sa production et réorganiser le travail. Au-delà de leurs tâches habituelles, les employés ont mis la main à la patte en produisant des blouses et des visières grâce à leurs imprimantes 3D« Je suis fier de leur engagement immédiat pour nos personnels soignants, pour les Ehpad locaux, les associations d’aides à la personne, en leur fournissant des visières imprimées dès les premiers jours sur nos imprimantes 3D, sur tous les sites du groupemais aussi à nos collaboratrices couturières amatrices qui ont confectionné masques et blouses ». 

Le PDG : Rodolphe Roy, chef opérateur

Rodolphe Roy, PDG

Faire face à cette situation inédite demande de prendre des décisions rapides tout en étant efficace. Rodolphe Roy a pu compter sur ses équipes motivées pour mettre en œuvre son plan d’action. « Dès les premiers jours où la situation sanitaire a commencé à se dégrader, nous avons mis en place une « cellule d’information sanitaire » dédiée. En parallèle de cette organisation, notre service informatique a fait des miracles pour organiser le télétravail de plus de 85% de nos collaborateurs ». Pour maintenir le moral des troupes, le chef d’entreprise s’est mis en avant à travers des “lives” pour les rassurer, mais aussi pour « féliciter les équipes de leur résilience, de leur performance en travail à distance et leur donner de la visibilité business et une tonne d’optimisme et de bonne énergie ! ».

Julie Mendiondo, responsable de projets et super-héroïne

Julie Mendiondo, responsable de projets

Tous les super-héros portent un costume… Mais avant ça, il faut les confectionner. Julie Mendiondo est responsable de projets chez ats. « Mes journées sont rythmées de réunions d'avancement, de suivi des indicateurs clefs, de planifications des besoins et ressources, ainsi que de reporting auprès de nos clients et de ma direction ». Après chaque journée de travail, elle a réorganisé son bureau « afin d’enchainer avec mon passe-temps favori : la couture et ainsi pouvoir réaliser des blouses pour le CHU de Dijon notamment. »

Alain Eymann, à l’usine comme à la maison

Alain Eymann, responsable technique projet

Grâce à la technologie et l’innovation, les usines sont mobiles. Alain Eymann, responsable technique projet chez ats a pu produire des visières pour les aides-soignants et personnels hospitaliers depuis son domicile. « Trois imprimantes dans la mezzanine, mon bureau dans une chambre, le premier étage de ma maison est devenu une annexe d'ats! ». Au chômage technique pendant le confinement, l’employé n’a pourtant pas compté ses heures. « La production et la distribution de visières ont occupé mon quotidien, les horaires habituels de travail ont largement été dépassés pour une bonne cause ! »

Adrien Serré dessinateur-projeteur et Agent Q

Adrien Serré, ingénieur

James Bond ne serait pas James Bond sans ses gadgets, et sans l’agent Q il n’y aurait pas de gadgets. Adrien Serré est son représentant chez ats. “j’interviens sur différentes phases « mécaniques » des études machines : avant-projet, conception-modélisation, mise en plan, suivi de montage atelier”. En temps de crise, le salarié a continué de confectionner des gadgets mais cette fois-ci au service de la société. “Nous avons également continué à faire fonctionner les imprimantes 3D et ainsi apporté notre aide localement, en distribuant des visières de protections aux personnes les plus exposées durant cette période difficile”.

Mathieu Petitjean, responsable projets et animation à la maison

Mathieu Petitjean, responsable projets

Les héros du quotidien sont aussi ceux qui ont réussi à mener à bien leur missions professionnelles et personnelles à la maison. “Ma conjointe et moi-même étions tous les deux en télétravail à 100% avec la gestion de notre fille de 3ans et demi. Un quotidien rythmé par les activités, occupations, jeux, l’école ce qui n’a pas toujours été simple surtout pour ma fille qui pensait être en vacances avec papa et maman à la maison, car il n’y avait ni d’école ni de nounou”. En famille ou entre collègue à distance, le confinement a eu un effet positif sur la cohésion. “Cette période a également permis de renforcer le travail en équipe et les liens entre les différents services”.