Des masques et surblouses aux tissus innovants, lindustrie textile française répond présent. La crise sanitaire attire lattention sur ce secteur porteur dont le futur se tisse à force de savoir-faire et dinnovation.

Face aux pénuries de produits sanitaires, les entreprises du textile ont fait preuve dune réactivité remarquée. Dabord avec les masques grand public, fabriqués en nombre dès lannonce du confinement. Dans la Loire, les Tissages de Charlieu ont ainsi développé un masque lavable en coton et polyester en un temps record. “En accord avec nos clients du secteur de l'habillement, du sport et des industriels pour qui nous fabriquons des tissus techniques, nous avons mis en stand-by toutes leurs commandes pour réorienter notre outil de production sur un modèle de masque de confinement afin de faire face à la pénurie” a déclaré Antoine Saint-Pierre, son directeur associé, aux ÉchosEt près de Bordeauxil a suffi de 3 jours à Libero Mazzone, entrepreneur local, pour monter une usine où 260 couturières fabriquent quotidiennement 30 000 masques en tissu. 

Quelques semaines plus tard, les surblouses viennent à manquer. Lappel à la filière lancé par AgnèPannier-Runachersecrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, a é entendu. Cest le cas dans la Sarthe où lingéniosité est de mise. Le corsetier Macosa et un atelier dinsertion de la région se sont tournés vers CGPM. Cette PME locale, spécialisée dans les arts de la table en papier (nappes, serviettes), leur a fourni les matières premières nécessaires à la fabrication de surblouses à usage unique. 

D’autres entreprises comme RFK Luxury Linen, fabricant de linge pour l’hôtellerie de luxe, s’activent aussi pour fournir des surblouses lavables. Un modèle avec patron est d’ailleurs disponible dans le guide technique de lInstitut français du textile et de lhabillement. 

La coordination est assurée par le comité stratégique de la filière (CSF) via la plateforme savoirfaireensemble.fr. Son rôle : mettre en relation les professionnels du textile et de la santé, pour répondre au mieux aux besoins de ces derniers. 

La France, n°2 des textiles techniques en Europe

Cette capacité dadaptation témoigne du dynamisme de lindustrie textile françaiseDaprès les derniers chiffres de lINSEEpubliés en mars, les indicateurs sont au vert. Le chiffre d’affaires a augmenté de 1,7%, et les créations de 0,9% par rapport à 2019. Des chiffres encourageants, résultat dune montée en gamme de lensemble du secteur. Les grands noms de la mode favorisent en effet les savoir-faire locaux, quils préservent grâce à leurs investissements. Le dernier en date ? Un atelier de maroquinerie dans lEure, financé par Hermès, avec 250 nouveaux emplois à la clé. 

Le secteur se distingue également par ses innovations, en particulier dans les textiles techniques. Le potentiel est considérable : ces tissus à haute valeur ajoutée, destinés aux professionnels de la santé, du sport ou encore de laéronautique, représentent 60% de la production textile française contre 30% en 2010. Une croissance forte qui fait de la France le deuxième producteur européen de textiles techniques et professionnels, daprès lObservatoire des textiles techniques de lInstitut français de la Mode.  

En cette période de crise, la capacité d’innovation des entreprises françaises du textile technique leur offre une longueur d’avance pour répondre aux défis sanitaires de demainOn peut dailleurs citer les innovations de NeoMedLight dans le domaine de la santé. Lentreprise a conçu des tissus capables de guérir la jaunisse chez le nourrisson, ou les lésions de la peau et de la bouche causées par les traitements anticancéreux. Ses technologies soignent par la lumière, diffusée dans le tissu à travers des fibres optiques. Un exemple prometteur, à limage de toute la filière.